Atelier 2015/2 : Politique des technosciences et justification par les publics.

2ème séance des ateliers « Légitimations du savoir » en 2015, avec Catherine Radtka (post-doctorante CNES/ISCC) et Clément Mabi (Costech/UTC) sur le thème : « Politique des technosciences et justification par les publics« .

Cette séance se fonde sur la présentation de Catherine Radtka de travaux en cours pourtant sur les discussions sur l’espace à l’Assemblée nationale (1959-2000). Est analysée la manière dont les activités spatiales acquièrent un statut légitime en France dans la seconde moitié du XXè siècle en étudiant particulièrement comment l’image publique et les imaginaires associés à l’exploration spatiale évoluent conjointement au développement des techniques spatiales.

Discutant : Clément Mabi (Costech/UTC) sur la notion de démocratie technique numérique : quelle place pour les publics ?

Un enregistrement audio est disponible ici, et le compte-rendu suit.


La communication de Catherine Radtka comprend plusieurs éléments : la présentation du corpus et problématique de sa thématique, une vue d’ensemble du traitement chronologique et la mise en évidence de problématiques récurrentes.
Selon Catherine Radtka, l’étude de la légitimation des activités spatiales en France ne peut a priori se faire en démarrant en 1959. A cette date, la possibilité d’envoyer des engins dans l’espace, notamment des satellites, est en quelque sorte acquise, y compris pour les décideurs politiques et le grand public. Pour rappel, le lancement du premier satellite Spoutnik date d’octobre 1957, et la NASA avait été créée en remplacement de la NACA en 1958. Ce sont ces événements internationaux qui ont certainement contribué à légitimer les activités spatiales en France.
Du fait du corpus privilégié, la recherche débute au moment où, en quelque sorte, les activités spatiales bénéficient déjà d’une légitimité certaine au niveau politique. En effet, le Comité de Recherches spatiales a été créé en 1959, puis il a été remplacé par le CNES en déc. 1961. La création de ces organismes publics se fait de manière concomitante avec l’apparition ses discussions parlementaires sur l’espace dans les tables référençant les débats à l’Assemblée Nationale (AN) et au Sénat. Cette intervention porte sur les discussions au sein de l’AN jusqu’à la première moitié des années 1980. La notion de « publics » mentionnée dans le titre de la présentation faire référence à un espace de justification des activités spatiales externe aux professionnels du domaine, les parlementaires étant considéré comme un « public » du spatial. Ce choix conduit à parler des députés comme des spectateurs et non des décideurs.
L’intervenante fait le choix de traiter ce corpus d’un point de vue chronologique sur les 25 premières années dépouillées, puis de faire une analyse détaillée de la première décennie. La construction d’une périodisation rend compte des inflexions des discours et des préoccupations des députés.
En 1959, à l’occasion de la discussion du budget de l’année 1960, Roland Nungesser, rapporteur spécial de la commission des finances, évoque la création par décret en 1959 du CRS et la présente comme une « disposition constructive » mise sur pied par le gouvernement avec le triple objectif d’assurer un « juste équilibre entre le volume des dépenses dévolues aux diverses formes de recherches », « assurer une pleine efficacité de l’appareil de recherche de la Nation », « pressentir l’éclosion des thèmes de recherche nouveaux susceptibles de revêtir une importance nationale ». L’intervenante souligne qu’il s’agit la reconnaissance du potentiel du domaine spatial alors en émergence. Cette thématique et le contexte dans lequel elle est abordée marqueront cette période. Dès qu’il est mention de conquête spatiale, R. Nungesser déclare que l’aspect pratique est proche et que l’investissement sera rentable. Les députés déclarent qu’il faut construire des coopérations.
La seconde période est intitulée « difficultés » car marquée par les interrogations et les craintes des députés concernant notamment la coopération au niveau européen, l’utilité de la nouvelle base de Kourou ainsi que les échecs de certains projets et lancements. Les échecs d’Europa II puis III ont lieu sur fond de difficultés institutionnelles au niveau européen. Ces difficultés rappellent l’importance de la capacité d’envoyer des satellites dans l’espace comme garantir l’indépendance de la France et de l’Europe. L’Assemblée rapporte également les difficultés du secteur et notamment les conditions de travail et les questions liés à l’emploi. On remarque néanmoins que les discussions se déplacent, quelques débats (1974, 1977) ont pour objet directement « l’avenir du CNES ».
La troisième période constitue une forme de retour à l’optimisme et à l’enthousiasme qui n’est pas sans évoquer les débuts. Toutefois il existe une modification importante : les aspects commerciaux.
Cette analyse chronologique est critiquée comme étant nécessairement descriptive. Néanmoins, la problématisation faible a permis de noter une précocité de sujets comme l’Europe et ses implications.
Plusieurs thématiques récurrentes sont mises en lumières. La thématique du « jeu international » réfère à la construction européenne. L’idée de l’espace comme « lieu » de la construction européenne apparaît dès 1963. Les « Europe » de l’espace pourraient décrire les différentes discussions des députés. Par ailleurs, les aspects locaux sont mentionnés régulièrement (notamment le nouveau lieu des champs de tir). La situation des personnels, l’emploi est une des raisons de l’intérêt des députés. Enfin, les aspects militaires sont très présents et le développement du spatial est vu comme une forme de nécessité (aspects pragmatiques et symboliques).
Le traitement thématique apporte de nouveaux questionnements : quel est l’apport du corpus parlementaire? Quels thèmes sont finalement portés dans l’arène parlementaire ? Et comment sont-ils reçus?
La présentation se conclut par l’affirmation qu’une légitimité découle des réalisations techniques étrangères. Le jeu international est significatif au travers de la géopolitique et la souveraineté de l’État ainsi que la « course », le « club » des « puissances spatiales ». Enfin, la légitimation passe par une justification par les publics (les rêves de la jeunesse, le développement local – emploi, économie, les applications et les usages de l’espace).

La discussion démarre avec une analyse de Clément Mabi (Costech/UTC). Il précise qu’il travaille sur une autre forme de légitimation des technosciences, celle du débat public CNDP. Au regard de la présentation de Catherine Radtka, il développe deux axes pouvant faire office de pistes de traitement du corpus.
Tout d’abord, il apparaît comme difficile de problématiser le sujet pour les députés. La conquête spatiale est perçue comme un élément indispensable à la construction européenne pour faire entendre la voix de la France. Une des raisons pourrait être que la légitimité du sujet est déjà construire pour les députés. On voit qu’il y a une construction d’un discours consensuel. Les publics sont mis à une place de bénéficiaires. D’ailleurs, il serait intéressant d’interroger des députés pour comprendre pourquoi. A-t-on affaire à un travail de lobbying ? De plus, il est rappelé que les députés sont des novices en la matière. Ce corpus mériterait d’être croisé avec un autre corpus pour comprendre l’absence d’échange de points de vue et pour situer un peu plus ce discours. Les aspects les plus mentionnés sont liés au local. Ceci pourrait s’expliquer que le fait que les préoccupations des parlementaires ne sont pas très axiologiques et que c’est à cet échelon qu’ils sont en capacité d’expérimenter, de se sensibiliser (exemple de l’emploi en Guyane).
En ce qui concerne le corpus, Clément Mabi souligne que l’intervenante met sur le même plan, les rapports, les discussions, les questions.
Les aspects plus politiques pourraient faire l’objet de plus de discussion même si la territorialisation des infrastructures fait nécessairement l’objet de discussion. L’intervenant fait un écho avec la situation du nucléaire et même aux mouvement zadistes qu’on voit actuellement beaucoup. C’est lorsque le nucléaire arrive à la rencontre des territoires qu’il suscite les plus vives discussions, c’est lorsqu’on veut enfouir ses déchets dans une région donnée que les oppositions sont les plus vives. Pour les ZAD c’est un peu la même chose, il y a une convergence des luttes sociales et environnementales, une aspiration au « principe démocratie » comme dirait Laugier et Ogien qui fait que par subsidiarité on s’attaque au capitalisme à travers ses manifestations locales, sur lesquelles on a prise, on combat « l’aéroport et son monde »
Clément Mabi conclut sa présentation en soulignant que l’entrée par le local est une source de légitimité, un appui à l’argumentation qui permet de questionner les technosciences.

Jean Claude Ruano-Borbalan indique que situer les discours est effectivement important. Deux temps mériteraient d’être mis en avant. Un temps où le consensus est général, à savoir la légitimité déjà existante et un autre temps où la même thématique soulève les doutes. Est-ce l’apparition de l’Europe ou l’axe franco-allemand qui fait soulever ces doutes ? Pourquoi ces différences sur le nucléaire ? Y a t il des éléments liés à l’imaginaire ? Par ailleurs, quelles sont les formes et types de légitimation au sein des institutions ?
Catherine Radtka, pour répondre à la question de Samuel Hayat précise que la commande est arrivée dans le cadre du cinquantenaire du CNES. La question de départ était est ce que le Parlement une chambre de validation ? Des éléments externes apparaissent-ils parmi les députés ? Elle travaille beaucoup sur les représentations cognitives et l’Assemblée nationale est un lieu légitime où sont traités divers sujets.
Jean Claude Ruano-Borbalan précise que la période d’après guerre et la période moderniste (pas Gaulliste) voient la victoire des ingénieurs. Comment cela se construit-il ? Certainement pas à l’Assemblée nationale.
Catherine Radtka précise que De Gaulle est intéressé par le nucléaire dans le cadre de l’armement. Une fois qu’il le porte, on entre dans un période plus nuancée (1968). De Gaulle est plus essoufflé. Jusqu’alors, le nucléaire était inattaquable. Concernant l’imaginaire, elle mentionne qu’il apparaît en Union Soviétique que le développement du programme spatial est lié au fait qu’un groupe est persuadé qu’il faut quitter la terre. C’est un discours légitimé en Union Soviétique.
Jean Claude Ruano-Borbalan conclut cette séance en indiquant que l’imaginaire ne justifie jamais une politique. Ce qui justifie une politique c’est la puissance. Les croyances culturelles sont intéressantes a posteriori plus qu’a priori. Il remercie l’ensemble des intervenants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *