Journée d’étude 2014 : Est-ce que les technologies déplacent les frontières de la légitimation des savoirs ?

Une journée d’étude a eu lieu le 17 décembre 2014 au Cnam, placée sous le signe de la problématique « Est-ce que les technologies déplacent les frontières de la légitimation des savoirs ? ». Cette journée fait le bilan des recherches de l’année et introduit le regard de l’épistémologie sociale dans le programme par le biais de notre invité d’honneur, Steve Fuller.

Programme
Comptes-rendus
Enregistrements vidéos

Programme

10h-11h : Jean-Claude Ruano-Borbalan, directeur d’HT2S et du programme : Bilan de l’année

11h-12h30 : Panel : Fabriquer de la légitimité : les technologies de la publication scientifique

  • Camille Paloque-Berges (HT2S et DICEN, Cnam) en guise d’introduction : « Comment la publication scientifique est devenue une technologie de l’information et de la communication » (bilan au regard du programme « Légitimations du savoir »).
  • Ghislaine Chartron (DICEN, Cnam) : « Interroger la légitimité des méga-journaux de l’édition scientifique ».
  • Olivier Badot (doyen de la recherche, ESCP) : « La légitimation des sciences de gestion par les revues » (titre provisoire). (Présentation annulée.)

14h-15h : Keynote de Steve Fuller (University of Warwick, UK) : « Social Epistemology and its relationship to knowledge legitimacy » (une traduction simultanée sera proposée).

15h-16h : Armand Hatchuel (CGS, Mines ParisTech) : « La technique et ses objets comme structure d’expression des connaissances » (Présentation annulée.)

Table ronde et discussion avec le public : Construction de la connaissance : contraintes sociales et matérielles : avec Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, Cnam), Loïc Petitgirard (HT2S, Cnam) et Antonella Tufano (EPLV, Gerphau).

Comptes-rendus

Synthèse de l’année

Les ateliers 2014 ont eu pour objectif d’auditionner des chercheurs confirmés sur des travaux précis qui nous ont paru pouvoir éclairer la problématique générale. Les techniques impliquées dans les formes sociales de la validation du savoir sont apparues sous deux angles : l’intermédiation et l’instrumentation des savoir. On les considère comme des dispositifs techniques dont les procédures sont accompagnés par l’évolution des technologies au fil du temps.

Les techniques d’instrumentation peuvent renforcer non seulement celles de probation sur le plan épistémologique, mais aussi être le support d’une réorganisation et d’une redéfinition sociale des logiques scientifiques au plan académique (disciplines et inter-disciplines) et économique (« application » des productions scientifiques au logiques du marché), comme illustré dans les ateliers 2 et 5. Charlotte Bigg a éclairé à travers une analyse culturelle les interactions entre le développement de l’art photographique et des techniques d’observation astronomiques, et la rencontre entre scientifiques, amateurs et artistes autour de « l’objectivité mécanique ». Loïc Petitgirard a proposé de revoir le « tournant computationnel » des mathématiques depuis le milieu du 20ème siècle à partir de l’informatique comme instrument de déplacement épistémologique des modèles scientifiques (en introduisant la pratique de simulation numérique) et qui, accompagnée par des choix économiques et politique, devient une norme et redéfinit les contours des sciences mathématiques. Les techniques de brevetage façonnent une légitimation politique et économique des recherches en sciences de l’ingénieur, offrant un cadre normatif pour l’assurance de la propriété intellectuelle et certification de l’inventivité. Léonard Laborie a retracé l’histoire européenne et géopolitique des brevets en éclairant les liens entre ses valeurs légales et de signalement dans un champ économique, en validant différents types d’expertise selon la politique industrielle d’un pays. La question du transfert des technologies entre champ scientifique et industrie a été développée par Gabriel Galvez-Behar qui a présenté ses travaux en cours sur la mise en place de dispositifs de prise de brevets dans les centres de recherche français entre deux guerres, déterminant sur plusieurs décennies des positions stratégiques dans le champ comme celle occupée par le CNRS en France. Enfin, Fabienne Picard a analysé les paradoxes inhérents au brevet (assurant à la fois protection et diffusion) et l’émergence d’une nouvelle fonction instrumentale du brevet à l’occasion d’un changement de paradigme, celui de l’innovation ouverte (multi-partenariale) : la propriété intellectuelle pourrait devenir un actif stratégique encadrer l’économie de la connaissance et capter ses innovations.

Les techniques d’intermédiation jouent un rôle d’intermédiaire entre la production et la diffusion des contenus, comme illustré dans les ateliers 1, 3 et 4. Les technologies de l’évaluation, de l’édition et de la publication font non seulement circuler mais aussi font exister publiquement les savoirs, à travers des techniques qui motivent la légitimation du savoir (si le contenu est mis à la disposition du public, il gagne en légitimité sociale). Ceci a été illustré à travers la genèse des journaux savants (XVII-XVIIIè siècle) mis en lumière par Jeanne Pfeiffer qui explique comment les techniques de diffusion sont aussi des techniques de mise en débat des sciences avec différents degrés de légitimité selon les acteurs (savants académiciens, savants praticiens proches des amateurs…). Un lien clair a été tiré entre cette publicisation des productions savantes et la promotion de l’open science au XXIè siècle, présenté par Valérie Schafer : dans ce contexte, les technologies numériques deviennent caution d’une légitimité par les publics de plus en plus larges et l’injonction à la participation à la production, l’évaluation et la diffusion de la science ; mais s’ouvre un débat sur la valeur d’une intermédiation technologique aux dépens de l’intermédiation humaine. Evelyne Broudoux a complété et développé ce propos en éclairant les procédures et processus de calcul de l’autorité scientifique à l’ère du Web, alors que les acteurs des sciences s’approprient les espaces de sociabilité numérique, et courent le risque de se transformer en « machines à citer/être cité ». Annaïg Mahé a éclairé le rôle des « métriques alternatives » (alt.metrics) : les données et opérations qui permettent à une production scientifique de gagner en réputation dans le contexte numérique. Le contexte économique et sociologique de ces nouvelles techniques de validation du savoir a été renseignée par Catherine Paradeise qui met en avant le rôle des institutions, la forme de la gouvernance universitaire, et les formes organisationnelles de l’évaluation – marquée aujourd’hui par l’idéologie de l’excellence et de compétitivité – dans la définition de différents niveaux d’ « efficacité » scientifique afin de répondre aux classements internationaux de la science. Enfin, l’exemple de l’encyclopédie numérique Wikipédia, analysé par Evelyne Broudoux, montre que malgré les transformations technologiques du numérique, des modes de régulation interne subsistent malgré la caution de la publicisation.

Jean-Claude Ruano-Borbalan : bilan de la phase 1 du programme

Le pouvoir de la technique dans la constitution du savoir est au cœur de cette thématique. La notion de légitimation fait partie d’un espace politique et non d’un espace religieux. La pénétration du scientifique dans le corps social est passée par la création de journaux scientifiques, dont les vecteurs principaux ont été la plupart du temps les médecins. L’autre point développé est celui des instruments au travers de la norme et de la métrologie.

La numérisation est accueillie différemment selon les intérêts et les enjeux des disciplines. Le recueil et le relevé des données donnent une grande place aux amateurs, comme on le voit dans les projets de science collaborative développés par le Muséum conjointement avec le Cnam (à travers le projet « E-Recolnat » dont l’ingénierie est pilotée par le laboratoire DICEN). Aujourd’hui, l’enjeu est de savoir qui sont les savants. Et c’est ce que nous allons développer l’année prochaine, dans la phase 2 du programme de recherche « Légitimations du savoir ».

La question de la légitimation s’est posée dans ma carrière au travers de l’espace éducatif et l’espace de vulgarisation et diffusion de la culture scientifique et technique. Dans l’espace académique, l’inscription dans un cadre disciplinaire reste primordiale (cf. « In Defense of Disciplines »), des choix qui peuvent avoir des conséquences économiques. Par exemple, les financements de recherche sont plus aisés à obtenir pour la santé et la biologie que pour l’anthropologie, ces deux disciplines passant même devant les sciences physiques en termes de subventions.

Les Sciences and Technology studies, qui sont à la fois un des cadres et objets de notre réflexion, n’existent pas en tant que discipline dans les laboratoires français. Ce courant regroupe l’épistémologie, l’anthropologie cognitive, les sciences de l’information et de la communication, et l’histoire des techniques et de la technologie. Dans ce cadre, le savoir est vu comme construction, voire comme une croyance (Boudon). Si on veut parler de légitimation du savoir, il faut s’inscrire dans le cadre du discours, mais aussi une histoire linéaire de la création historique d’un régime scientifique de production de la connaissance. C’est une vulgate non stabilisée, à savoir pas tout à fait standardisée. Dominique Pestre montre qu’au XXème siècle, dans le régime technoscientifique, il y a une convergence entre la production industrielle et la production universitaire pour arriver à un régime standardisé. Le cadrage interne est tout aussi fort que le cadrage externe. Ce sont les pairs qui jugent et évaluent la production scientifique. Cela s’explique par la fermeture des disciplines, et contribue à la mise en place d’un système mondial et normé dont attestent les formes de l’écriture scientifique.

Il y a concurrence dans la production de la science. Du point de vue du financeur, les études entreprises doivent avoir une finalité. Le système européen H2020 anticipe les objectifs et oblige les scientifiques à s’allier avec les producteurs de techno-sciences, ce qui est contradictoire avec l’ordre de légitimation interne et externe de la science.

En conclusion, la légitimité est une question fondamentalement politique, de l’ordre de la cité. Et l’une des sources de la légitimité politique est le savoir. Plusieurs questions seront à traiter dans le cadre d’une publication : la question des pouvoirs et du savoir en longue durée, le rôle de la technique à moyen terme, la question des régimes de connaissance, et il s’agit de lier cela à la scolarisation du monde tout autant que la vulgarisation des médias, les savoirs légitimes et les savoirs déclassés (exemple : le geste technique). L’innovation encadre ces différentes problématiques.

Suite à la présentation de Jean-Claude Ruano-Borbalan, la question de l’employabilité des scientifiques hors de l’académie se pose et est discutée. Si les débouchés existent en médiation et vulgarisation des sciences et des techniques, on constate cependant une hausse du niveau dans les formations à la médiation culturelle, en raison de l’arrivée sur le marché de l’emploi de docteurs n’ayant pu trouver de débouchés dans les postes traditionnels de l’enseignement et de la recherche. Des secteurs en particulier embauchent ces profils scientifiques de haut niveau pour des activités liées à la communication, comme dans les milieux du médical ; c’est un nouveau marché qui se crée. On peut donc constater une montée en professionnalisation des scientifiques qui n’est pas nouveau mais inédit par son ampleur. Dans l’histoire, on constate que cette question de la professionnalisation (proximité des scientifiques avec le grand public) s’est posée, par exemple quand en 1830 l’Académie des sciences ouvre le système de publications à des lectorats plus larges, puis le referme face à l’intérêt trop pressant des journalistes. Le rapport du savant au journalisme est d’ailleurs l’une des frontières de la légitimation scientifique qui ne cesse de bouger.

Camille Paloque-Berges : Comment la publication scientifique est devenue une technologie de l’information et de la communication (bilan au regard du programme).

Ce bilan se focalise spécifiquement sur les techniques de publication des contenus scientifiques (information, communication et évaluation) telles qu’elles ont été traitées lors de l’année, visant à établir des continuités entre la période des Lumières et celle de la science ç l’ère numérique. Il introduit également le regard de l’épistémologie sociale, démarche pertinente au regard des questionnements. En méta-analyse, il est fait l’hypothèse que l’évolution de la publication savante, en particulier au regard du numérique, s’accompagne d’une « étude systématique des procédés, des méthodes, des instruments ou des outils » propres au domaine de la publication (définition de « Technologie » sur cnrtl.fr), et qui se traduit dans les discours et les idéologies de la pratique scientifique.

Le programme a particulièrement permis de réfléchir à cela par le prisme des infrastructures et pratiques des réseaux d’information et de communication accompagnant la diffusion des publications – les réseaux touchant aussi bien à la circulation des savoirs qu’à leur gouvernance technique, sociale et politique. Les réseaux numériques sont par ailleurs aujourd’hui au cœur de procès de légitimation de tous ordres, et pour ce qui nous intéresse, de disputes concernant les rapports entre ouverture / fermeture de la production, de l’évaluation et de la diffusion des savoirs savants (cf. Wikipédia). Fournissent-ils l’occasion d’une « augmentation » des savoirs savants – terme aussi bien employé dans le vocabulaire des nouveaux médias qu’héritant d’une étymologie de l’autorité (auctorias / augere), comme le rappelle Evelyne Broudoux ? Symboles des « progrès » promis par les Technologies de l’information et de la communication, ils portent leurs promesses de légitimation des savoirs savants par les grands publics, et véhiculent un idéal de l’utilité de la science soutenu par une forte croyance dans le déterminisme technique.

Tout d’abord, il s’agit d’éclairer les continuités des rapports entre légitimation et publicisation des savoirs savants, à travers la notion « d’ouverture du savoir ». Pour cela, on revient sur les interventions de Jeanne Pfeiffer sur la genèse du journalisme savant, et de Valérie Schafer sur l’open science (l’atelier 3). On rappelle en particulier l’importance dans la genèse d’Internet d’une communauté épistolaire électronique une (« République des informaticiens ») comparable dans une certaine mesure à la République des Lettres, en ce qu’elle construit les moyens et les formes de la communication scientifique selon des nouveaux modèles sociaux et techniques.

Ensuite, on s’arrête plus particulièrement sur les techniques d’évaluation à travers la notion, à la fois politique et idéologique, d’ « excellence » scientifique (Catherine Paradeise, atelier 4). La mise en technologie se fait à travers leur formalisation et leur mécanisation dans le domaine de l’information scientifique et technique (IST), et s’accélère dans les environnements numériques. Le « calcul numérique de l’autorité » est un des tournants majeurs de l’évaluation sur les réseaux socio-numériques (Evelyne Broudoux, atelier 1 et atelier 3), visible notamment par les nouvelles métriques (ou alt.metrics, Annïg Mahé, atelier 4).

Enfin, on replace la problématique dans une perspective d’épistémologie sociale, appliquée aux sciences de l’information (sur la base des propositions de Steve Fuller dans « Social Epistemology », Encyclopedia of Library and Information Sciences, 2010). Les « epistemetrics » (Nicholas Rescher) posent des problèmes d’interprétation de la qualité scientifique associés aux techniques quantitatives, qui elles soutiennent une vision linéaire du progrès du savoir. Historiquement située, dans la lignée de la révolution industrielle et de l’économie libérale, relayée par les technosciences informationnelles de l’ère informatique, le modèle cumulatif du savoir doit être revu dans la mesure où il laisse une série de points aveugles dans l’appréhension des productions scientifiques. La mesure de la qualité gagnerait ainsi à opérer des déplacements plutôt que des logiques cumulatives qui biaisent la visibilité, la reconnaissance et l’innovation scientifique.

Ghislaine Chartron : “Interroger la légitimité des méga-journaux de l’édition scientifique”.

La légitimation est un processus qui accorde de la légitimité reposant sur une autorité fondée sur des bases juridiques, éthiques ou morales ; la légitimité est un accord tacite subjectif et consensuel. Le processus de légitimation concernant le savoir peut être étudié du point de vue de la construction du savoir (épistémologie, méthode scientifique), de sa validation (évaluation par les pairs, la communauté), de l’économie symbolique des auteurs (la notoriété) ou du canal de diffusion. Il concerne ainsi la communauté des chercheurs, mais aussi la société civile, les médias de masse, les financeurs.

Le nouveau média qu’est la « méga-revue » questionne les frontières de la légitimation des savoirs du point de vue des problématiques actuelles de l’économie symbolique du canal de diffusion. Celles-ci comprennent la pression du « Publish or Perish », corrélée à une inflation du nombre d’articles, à un effet entonnoir, et des délais de publication qui s’allongent. Il existe un phénomène fort de l’Open access pour la recherche publique ; de preuve par la publication des données (Open data scientifique) et de l’importance du discours de l’interdisciplinarité (problématiques trop complexes pour être analysées au travers d’une seule discipline). Il existe plusieurs innovations : Gold Open journals, archives ouvertes, épi-journaux, vidéo-journal, Jove, http://www.jove.com/ (2006) et les méga-journaux … Ces derniers ont pour caractéristiques la rapidité de l’évaluation et de la publication (quelques mois vs. années), la rigueur (évaluation scientifique sur la méthode et non sur la valeur), la largeur (en termes de couverture scientifique), l’ouverture (principe de l’open : articles en libre accès, paiement par l’auteur, copyright laissé à l’auteur), l’impact (suivi individuel de l’impact de chaque article, métriques). Parmi les méga-journaux l’on trouve PLOS ONE, BMJ Open, SAGE Open (sciences humaines), PeerJ, Springer Plus, Nature (qui est dans une logique d’audience, d’audimat) …

Quels sont les critères de légitimation attribués à ces méga-journaux par les auteurs publiés ? Il s’agirait de la qualité du journal, du facteur d’impact, du site internet, de la réputation de l’éditeur, du fait que l’article soit en open access … (Solomon, 2014). Le fait que chaque auteur paie pour la publication en open access est une innovation de rupture car cela répond à l’inflation des demandes de publications avec des critères de rigueur partagés, cela repositionne deux niveaux d’évaluation (évaluation scientifique et digne d’intérêt) et cela répond aux exigences de l’open science. Les points négatifs des méga journaux pourraient être la mesure de l’originalité (via l’audience), l’impact factor encore en devenir et enfin, le paiement par l’auteur.

Le poids du cadre institutionnel et le « contexte de niche » est particulier. Les méga-revues s’inscrivent dans des instances d’évaluation des chercheurs : si le rôle des acteurs « tiers de confiance » (société savantes, éditeurs) est très fort, la qualité reconnue doit encore être établie. L’effet de niche est présent : les auteurs sont les principaux lecteurs et les rédacteurs en chef sont les principaux évaluateurs.

Est-ce que les technologies déplacent les frontières de la légitimation des savoirs dans ce cas ? En partie, car de nouveaux canaux de diffusion acquièrent une légitimité (notamment en termes d’impact factor) après le temps d’une « première majorité » installée. Il y a des externalités positives: répondre à l’inflation d’articles, cercle vertueux de la visibilité immédiate ; et des externalités négatives: les « éditeurs prédateurs », la logique de mass-média (audience sur les réseaux sociaux, le comptage des téléchargements…) Cela renouvelle les canaux de légitimation : nouveaux modèles éditoriaux, d’évaluation ou encore des nouveaux modèles économiques.

Après l’intervention de G. Chartron, Evelyne Broudoux précise que les altmetrics sont la mesure du retentissement de la lecture d’un article sur les médias sociaux. Elle ajoute que l’on assiste à un éclatement de la publication, à tel point qu’on ne sait plus où se trouve le noyau. Il y a des éditeurs qui se sont spécialisés les « enhanced publication » avec un niveau simple et enrichi. La publication peut être enrichie d’accessoires à la publication. Les éditeurs investissent totalement le web social.

Steve Fuller : “Social Epistemology and its relationship to knowledge legitimacy”.

Steve Fuller propose de faire dialoguer l’épistémologie sociale avec le contenu des ateliers 2014. Il rappelle que l’épistémologie européenne a tendance à être par défaut sociale, car elle se fonde sur philosophie de la science qui envisage comme postulats que l’on pense à partir de corps organisés, à la différence de l’épistémologie anglo-saxonne, d’obédience internaliste. C’est pour se distinguer de cette dernière approche qu’il utilise le qualificatif « social ».

Selon la théorie du paradigme de Kuhn, ou « mode 1 », la « science normale » (surtout en sciences dites exactes) montre les directions de la recherche, dans la mesure où c’est la communauté qui décide. Mais depuis le « mode 2 », témoignant de l’influence par les politiques de gouvernance de la recherche, les scientifiques contrôlent de moins en moins le jeu scientifique : cela rend la problématique de la légitimation compliquée car les standards doivent répondre à des buts sur lesquels des gens extérieurs au champ doivent s’accorder. Le savoir doit être « pertinent » (relevant), et non plus paradigmatique. Si l’autonomie des chercheurs doit être protégée, on ne peut plus légitimer la science sur la seule base de l’auto-organisation. Si la recherche a toujours été financée (cf. La Royal Society au 17è siècle), c’est l’évaluation par les pairs qui déterminait l’entrée dans le champ ; mais avec le financement public et étatique de la recherche, le modèle kuhnien d’acculturation à la science se désintègre, du point de vue normatif. Les Research Excellence Framework (REF) sont implémentés depuis 1996 par la Grande Bretagne pour légitimer la recherche académique, et ce modèle s’exporte ; ce modèle introduit des experts non académiques pour des tâches de valorisation, d’investissement, même si les chercheurs gardent la mainmise sur l’évaluation. Cependant, la spécialisation accrue des disciplines rend l’évaluation par les pairs difficile, voire contre-productive. Par quoi remplacer ce modèle d’évaluation dépassé, tout en gardant transparence et efficacité ? Cela questionne la responsabilité scientifique, et la définition d’acteurs scientifiques qui n’appartiennent pas à la communauté.

Les métriques peuvent être un bon point de départ : si les mesures quantitatives sont simplistes, elles ne sont pas structurées par les disciplines, et permettent d’observer les relations, les réseaux (qui utilise quoi ?), l’évolution des formes au-delà des paradigmes, et donc celle des directions scientifiques, ainsi que l’anticipation (en théorie). Elles sont moins conservatrices que l’évaluation par les pairs, qui elle se fonde sur la tradition et la responsabilité du savoir que l’on maîtrise (savoir comme capital), mais ne permet pas de penser la légitimation des savoirs hors des catégories disciplinaires ; elle est forte d’un point de vue politique (bien que manipulée par les financeurs, « cargo cult »), mais faible du point de vue épistémologique, fait moins avancer la science qu’elle ne protège les scientifiques. Mais les métriques ne sont pas une solution en soi car elles fonctionnent sur le modèle élitiste de la loi de Pareto (80% des ressources pour 20% de la population). Cela est tangible dans les sources mêmes de la scientométrie (Dereck de Sollo, Little Science, Big Science).

Fuller propose alors de se pencher sur les « savoirs publics non découverts » (undiscovered public knowledge, jusqu’à 80% de la production scientifique) pour résoudre ce dilemme, selon les questionnements de la bibliothéconomie sur l’utilisation des savoirs. Cette expression est proposée par Swanson dans les années 1980 à partir de son observation du champ bio-médical, dans lequel il dégage des directions de recherche qu’il appelle à faire converger. Il manque cependant un financement pour des professionnels de la synthèse et de la mise en circulation des savoirs : on produit de la valeur que l’on néglige, il faut donc la réorienter. La gestion de la connaissance (knowledge managment) cherche à pallier cela depuis une dizaine d’années. Ce courant développe des méthodes comme la fouille de données (data mining) des productions scientifiques, mais a du mal à contrôler la valeur d’exploitation de la connaissance en dehors du champ, ainsi qu’à élaborer des standards.

Un compte-rendu de la discussion (vidéo 5/5) sera publié ultérieurement. 

Enregistrements vidéos


(Légitimations) Journée d’étude 1/5 par HT2S-CNAM


(Légitimations) Journée d’étude 2/5 par HT2S-CNAM


(Légitimations) Journée d’étude 3/5 par HT2S-CNAM


(Légitimations) Journée d’étude 4/5 par HT2S-CNAM


(Légitimations) Journée d’étude 5/5 par HT2S-CNAM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.