Atelier 2015/3 Journée d’étude : Dispositifs hybrides de négociation du savoir

Journée du programme « Légitimations du savoir » (piloté au Cnam par le laboratoire HT2S, en partenariat avec le laboratoire DICEN) en collaboration avec le programme « Sciences et Techniques en Interférences » (UPEC-ESPE de Créteil), et soutenue par le LabEx HASTEC (Pres Hesam, en partenairat avec le Centre Alexandre Koyré et l’ESCP Europe).

Programme et compte-rendu dans ce même billet.


Le compte-rendu (par Rebecca Amsellem) est intégré au programme

Orélie Desfriches-Doria (post-doctorante ENSCI-Les ateliers et chercheur associée à DICEN-IDF/Cnam)
« Cartographies et représentation des points de vue et des connaissances dans les controverses ». Résumé.

Discutant : Michel Letté (HT2S/Cnam), pilote du projet RisCom Gaz de Schiste (ISCC/CNRS-Cnam).

Le projet Vesta cosy « Vers un Espace Tactile d’Argumentation, Collaboratif et Symbolique » est un projet de recherche financé par le mécanisme RAPID de la DGA. Les objectifs du projet sont de concevoir un espace numérique de schématisation de la pensée pour soulager les capacités cognitives des utilisateurs. L’utilisateur se concentre exclusivement sur les problématiques décisionnelles.

A travers les capacités, on peut visualiser rapidement les différentes dimensions des informations relatives à la problématique telles que le volume, la qualité, la cohérence, la certitude, la dangerosité (design), bénéficier de l’assistance de données externes (Web Mining), produire et explorer des arguments (interactions avec l’espace de schématisation), simuler des scénario avec l’appui des modèles de connaissances, collaborer entre experts de domaines (usages).

Les usages prévus visent au soutien des prises de décisions pour les experts. Il s’agit d’un échange de connaissances préexistantes : état des connaissances (identifier les acteurs et les arguments), les utilisateurs vont se placer d’un point de vue externe avec une possibilité de simuler des scenarii. On se place dans un cadre asynchrone.

Plusieurs questions émergent dans la représentation de la controverse :

  • Qu’est-ce qu’on représente ?
    • Une vue globale des problématiques qui traversent la controverse ?
    • Une vision globale des échanges sur un point de la controverse ?
    • Un point de vue d’acteur sur la controverse ?
    • Représenter les échanges et leurs contenus ?
      • Ces échanges sont-ils figés ? Ou évoluent-ils au fil du déroulement et des contributions?
    • Représenter les éléments en commun dans les contenus des échanges pour faire des catégories ?
    • Présenter une réduction des échanges et sous quelles formes ?
      • des résumés des verbatim ?
      • des extraits des verbatim  ?
      • des thématiques ?
      • une synthèse ? rédigé par qui ?

Les objectifs sont de prendre connaissance de la controverse avec des niveaux de détails variables ; connaître un point précis de la controverse ; connaître un point de vue dans la controverse ; connaître les niveaux de contributions des acteurs ; présenter une synthèse ; présenter une analyse ; comprendre l’articulation des arguments. Cela revient à se questionner sur les points de vue à présenter dans une représentation de la controverse. Un point de vue est un ensemble d’arguments et de fils argumentaires articulés entre eux, portés par un acteur ou un groupe d’acteur.

Exemple de Carte globale dans une controverse sur « brevets et médicaments » (réalisée sous CMapTool).

img-CR-je

Typologie des points de vue dans Vesta Cosy :

  • La situation de base : quels acteurs liés à quels débat ? (un acteur peut être présent dans plusieurs débats)
  • Par niveaux de contributions : quels acteurs contribuent le plus ou le moins dans le débat (quantitatif)
  • Un acteur par débat détaillé : un acteur et ses arguments dans un débat
  • Un groupe d’acteurs agrégés : un groupe d’acteurs dans un débat où le groupe d’acteur est déterminé par l’agrément sur les arguments
  • Le débat : avec une carte globale des arguments liés entre eux et les groupes d’acteurs qui les portent : la carte présente les acteurs (ou groupes d’acteurs) et leurs arguments
  • lecture experte : une carte de lecture d’un expert qui porte les traces de sa lecture
  • Par types d’acteur d’après les caractérisations des acteurs

L’argument et le contre argument vont porter sur le même projet. L’objet peut avoir des propriétés différentes selon les acteurs qui portent l’argument. Un fil argumentatif est un enchaînement d’arguments, révélateurs d’une partie d’un point de vue, qui peut être porté par un ou plusieurs acteurs. L’argument porte un mode de raisonnement (causale, appel au modèle, à l’illustration, verbatim, etc…). Nous avons représenté les arguments principaux du débat dans Vesta Cosy : on a ensuite posé des tags sur les différentes interventions sur la typologie des arguments.

Plusieurs cadres théoriques ont été mobilisés dans la pensée sur la controverse. L’approche des modèles de démocratie technique de Callon (1998) est intéressante car plusieurs critères d’analyse des modèles existent : le rapport entre les connaissances scientifiques et profanes est très présent. Puis, la sociologie analytique des débats publics de Chateauraynaud (2005), a une approche différente puisqu’il rentre par les arguments. Enfin la sociologie des régimes d’engagement de Thévenot (2006) : il existe des rapprochements logiques, des rapprochements par typicité (mode perceptuel).

Cette étude sur les controverses est menée avec Michel Letté, à l’initiative du projet RISCOM ( « Gaz de Schiste et controverse socio-technique : étude de l’expertise du risque environnemental et de sa communication en milieu karstique (1989-2014) »). Au cours de la journée d’étude associée, plusieurs intervenants ont participé : une géologue, un maire d’une commune concernée, une habitante (aspects témoignages), un hydrogéologue, un spéléologue, une personne d’une association de lutte contre les forages, un représentant du syndicat de l’eau. Deux questions leur ont été posées : quelle est votre expérience concrète de la question de la vulnérabilité ? Quelles sont les incertitudes sur lesquelles il faudrait porter un regard ? L’après-midi était consacré aux ateliers en groupes de réflexion qui donnait lieu à une restitution par un membre du groupe.

Caractérisation proposée par M. Letté (HT2S – CNAM) initiateur du projet RisCom

riscom-schema-lette

Discussion, guidée par Michel Letté :

Dans le domaine de l’ingénierie social, l’écran radar (aide à la décision) est un terme très usité et ce type d’outil nous montre qu’on doit partir des publics. La légitimation des savoirs, de leur construction se fait vis à vis du public. Ce que je crains, c’est que tout soit mis dans les algorithmes. Mais il y a une richesse extraordinaire à penser ce type d’outil. A défaut de rendre compte la controverse suffisamment claire, elle permet de mettre en lumière les points de vue. L’expertise n’est pas seulement celle des institutionnels comme il en existe dans l’espace public et dans les sphères de production des savoirs. Comment traduire la revendication des publics locaux de voir leurs prises de parole légitimées ? L’intuition de départ était qu’il y avait une forme de construction d’expertise collective. Comment dans le collectif émergent des formes de savoirs qui sont qualifiés d’experts ? Pour ce qui est des publics : c’est tout à fait empirique, fondé sur l’opportunité.

Orélie Desfriches-Doria rappelle que dans le projet Vesta Cosy les connaissances appartiennent aux experts. La controverse peut éventuellement être appliquée dans Vesta Cosy. Une partie de l’outil algorithmique est personnalisable. Le modèle de connaissance sur un élément faux appartient au domaine : il n’y a donc pas de crainte à avoir.

Au cours du débat, on interroge d’autres aspects du système technique de construction de l’expertise : sur la distance qu’il peut y avoir entre le public et l’outil (technocratique ?), et donc sur la manière dont est pensée la médiation technique auprès des publics dans une perspective pédagogique (une perspective pas encore envisagée dans le projet) ; ou encore sur la façon dont les techniques de visualisation rendent compte des rapports entre connaissances statiques et dynamiques (rapports pris en charge dans l’aspect « versionnage » du système).

Lisa Chupin (doctorante DICEN-IDF/Cnam)
« Les formes de gouvernance des herbiers numériques comme traduction de principes de légitimation des savoirs ». Résumé.
Discutante : Muriel Guedj (LIRDEF/Université de Montpellier).

La perspective est d’étudier le rôle des herbiers numériques dans la légitimation des savoirs naturalistes. L’idée est de concevoir et étudier un dispositif de redocumentarisation des collections naturalistes numérisées. Deux questions sont posées : quel est le rôle des dispositifs numériques de médiation dédiés aux collections dans la production et le partage de connaissances ? Quelle gouvernance de ces dispositifs pour collecter des données scientifiquement valides par des acteurs aux compétences hétérogènes ?

Lisa Chupin propose une approche en sciences de l’information et de la communication (SIC) et en sociologie des sciences (théorie de l’acteur-réseau, ou ANT). La collection naturaliste est un dispositif info-communicationnel médiatisant la communication des acteurs de la botanique (Latour, 1996). Dès qu’il y a transport de matière, il y a un apport de connaissance. Par ailleurs, la collection numérisée est un nouveau dispositif de médiation aux collections (Despré-Lonnet, 2014) et pas uniquement un transport de matière. Ainsi, quelles sont les nouvelles règles de l’inscription de donnés dans le dispositif de médiation documentaire ? Le dispositif de médiation documentaire est-il aussi un dispositif de médiation des savoirs ?

Chupin présente un état de l’art pluridisciplinaire sur la production de données par des acteurs de compétences hétérogènes. Elle se fonde sur des travaux portant sur des sciences participatives et notamment des protocoles numériques impliquant les usagers à différents niveaux de contributions, (CROWSTON K., « From Conservation to Crowdsourcing », 2011 ; BONNEY R., BALLARD H., JORDAN R., MCCALLIE E., PHILLIPS T., SHIRK, J., WILDERMAN C., 2009) ; mais aussi sur la production de données : par les usagers relativement à des contenus culturels, et plus ou moins encadrée (VIDAL, 2010) ou très encadrée dans les plateformes de crowdsourcing (RIDGE, 2014).

On peut s’inspirer de différents modèles de gouvernance pour les herbiers numériques : des dispositifs de crowdsourcing, des communautés de pratiques ou encore l’hybridation de types d’implication forte et faibles caractéristiques de la communautés et du recours à la foule. Les enjeux épistémiques des modèles de gouvernance intègrent l’adoption nécessaire d’un modèle de validation des données : quelles modalités de délégation du pouvoir de contrôle des données de l’institution à des usagers ? Quel fondement de la légitimité des données ?

Ainsi, la méthodologie appréhende la production de données légitimes et ses reconfigurations. L’objectif est de proposer des principes de gouvernance de l’herbier numérique participatif de ReColNat comme dispositif de médiation scientifique. Deux approches sont croisées. L’approche ethnographique des pratiques naturalistes en ligne et hors ligne est centrée sur l’utilisation et la production de documents. Et l’approche « nethnographique » étudie les formes de participation et de régulation des dispositifs participatifs existants. L’autoritéde l’institution consiste à reconnaître un individu comme expert. Les herbiers sont des dispositifs hybrides de négociation du savoir : constitution des collections par agrégations de collections privées, déterminations cumulatives, autorite du document tient à la traçabilité de l’information, ainsi qu’une validité plurielle.

Quelles sont les règles de gouvernance de la collection numérique ? Est-il légitime de travailler sur les collections à partir des seules images ?
1) Le modèle du « parallélisme » : il consiste à reproduire toutes les informations de la base de données sur le papier et réciproquement. Il s’agit d’une utilisation de l’image différentielle selon les questions et moments de la recherche. Cela oblige à déposer un spécimen papier dit « type » pour décrire une nouvelle espèce.
2) Casser le parallélisme : quelle divergence autoriser ? Une base de données est ensuite enrichie en autorisant des divergences, mais peut être appauvrie pour faciliter l’interopérabilité. Plusieurs outils de travail permettent de collaborer en ligne sur les images : fonctions de zoom avancée, géolocalisation et cartes de répartitions, fonctions de gestion documentaire peu développées. La gouvernance des herbiers participatifs permet de faciliter les interactions usagers-institutions mais l’institution valide les données (soumises à des formulaires de l’institution centrale). Elle permet également de faciliter et rendre publiques les interactions usagers-institutions sans modification de la validation des données. Le dernier modèle permet une ouverture limitée de la gestion des collections à des communautés de bénévoles. Cela consiste en un cadrage de la participation en amont par la limitation des tâches et un dispositif pédagogique, à des différentes formes de validation des données, automatisées ou sociales et enfin la multiplicité des solutions choisies permet le contrôle des données en fonction de l’épistémologie de la discipline, des règles de conservation, et de l’intégration du dispositif de crowdsourcing au travail des professionnels.

3) Une ouverture limitée de la gestion des collections à des communautés de bénévoles. Plusieurs systèmes de régulation sont mis en place : la régulation automatisée par alignement automatique des contributions et vérification institutionnelle s’il y a problème (communautés de bénévoles, gouvernance des herbiers numériques participatifs), la régulation par la modération et forum de discussion et une régulation par l’autocontrôle en aveugle, l’entrée par niveaux et discussions.

4) Hybrider les espaces destinés au néophyte et aux professionnels. Il s’agit de bases de données des institutions du réseau ReColNat. L’accréditation donnée par des membres des institutions pour une sélection de planches donnée et aux personnes accréditées pour valider ses contributions est fondamentale. Il est possible de nier/approuver des contributions, de suggérer une révision de certaines planches.

En conclusion, les différents modèles de gouvernance varient entre deux principes : la reproduction de l’autorité de l’institution et des experts autorisés non liée systématiquement à un statut professionnel, distribuée par des usagers des collections numériques et la production de contenus à valeur scientifique socialement. Enfin, la négociation des droits d’accès à la contribution aux données de la base est propre au contexte de chaque institution.

Discussion animée par Muriel Guedj : Deux éléments principaux sont développés : l’idée de la constitution d’un outil à part entière et les usages de cet outil. Un zoom sur la botanique peut être utile pour mieux les faire ressortir. Pourquoi sur les herbiers numériques, les pratiques des chercheurs ne sont pas au delà d’un petit supplément d’âme ? Existe-il une pratique pour en faire un outil d’investigation ? Sur la question des communautés, on peut se demander suelle est la différence épistémologique entre elles. Cette approche différente relève-t-elle des spécificités entre les communautés ou alors de différences entre les acteurs institutionnels du terrain ? Dans quelle mesure est-ce structurant par rapport au travail de chercheur ?

Lisa Chupin :
En botanique, un herbier est une bibliothèque sans catalogue. L’idée dans Recolnat est d’utiliser les herbiers pour en faire un objet intéressant pour le public et pour mieux répondre à la mission d’un musée d’histoire naturelle (mettre ses collections à disposition du public). Les herbiers sont désormais classés par espèces et plus par région. Ces collections numériques restent une sorte de catalogue, très peu de scientifiques travaillent avec des images. Si on permet d’ajouter des informations en ligne et s’il y a des botaniques en désaccord, sommes-nous face à de nouvelles sortes de controverse ?

Alain Bernard pose la question des coûts de la numérisation, et donc de la pérennisation du projet (maintenance logistique). Chupin relate qu’un modèle de type premium est envisagé (gratuit avec certaines fonctions payantes), mais qu’elle considère que c’est contraire aux perspectives ouvertes par le crowfunding : il faut parrainer les herbiers ou favoriser la publicité, et avant tout qu’il y ait une convention entre les différentes institutions.

Table ronde (dans le cadre du séminaire S&T en Interférences) sur le thème : Edition collaborative et médiation des sciences et techniques : argumentaire.

  • Loïc Petitgirard et Michel Letté (HT2S/Cnam): autour du dispositif d’édition collaborative de l’atelier “La Lucarne”. [Descriptif détaillé]

Loïc Petitgirard débute en détaillant les dispositifs utilisés pour La Lucarne, un projet de recherche devenu un dispositif à visée pédagogique. Il s’agit de réfléchir sur les modes de médiation sciences–techniques–société, en se préoccupant d’abord des récepteurs : quelles sont les représentations qui existent et leur manifestation dans l’espace ? On mise sur l’hétérogénéité de ce corpus. Le seul critère d’entrée dans le corpus est que ce soit un document dans l’espace public. Le collaboratif permettrait d’agrandir ce corpus. C’est un dispositif réflexif à la fois pédagogique (dans les classes du Cnam) avec un versant carnet de recherche, et éditorial. La prochaine étape est l’analyse de ces multiples regards en assumant le caractère initial scientifique, pédagogique et de recherche. La production collaborative a induit qu’au sortir de l’exposition on aboutit à une patrimonialisation de certains objets.

L’insertion de la Lucarne dans un processus pédagogique est un frein pour plusieurs pistes de développement. Tout ce qui fait l’autorité de ce texte est lié à la promotion et nom à l’individu seul. Aujourd’hui, on entre dans le corpus via des problématiques. Parce qu’il y a une décision de mettre en place une exposition autour des instruments de calcul au Musée des Arts et Métiers et que cela mobilise des chercheurs, des médiateurs, des gens du patrimoine, les problématiques liées au langage commun ont du être prises en compte. Un autre projet a été mis en place dont en mathématique pour privilégier la carte du partenariat.

  • Alain Bernard (Centre Koyré, HASTEC et UPEC-ESPE, groupe “interférences”) Autour de l’édition d’un recueil de texte commentés sur le thème du projet HASTEC “Les séries de problèmes, un genre au carrefour des cultures”. [Descriptif détaillé]

Le dispositif créé par Alain Bernard et le groupe Interférences repose sur une collaboration en ligne, alors que La Lucarne a davantage une vocation d’apprentissage. L’autorité sur les textes fait partie du premier dispositif : des procédures sont respectées par tout le monde. Ici, l’auteur signe sa notice et en même temps ne reflète pas le travail vu en cours. L’objectif de La Lucarne est de faire émerger de l’original, avec un minimum d’autonomie dans le respect des conditions préétablies. Plusieurs pistes sont importantes dans les autres dispositifs : besoin de revenir à du réel, les MOOC…

Ce projet d’édition collaborative a pour thème les séries de problèmes. Il en est encore au stade fictif. Ce projet réunit une quinzaine de chercheurs et d’étudiants avec des expertises différentes. L’idée est d’avoir un processus éditorial semblable sur l’objet « série de problèmes ». Il y a une problématique d’exhumation d’un patrimoine oublié. Un des intérêts de l’objet est qu’ils ont circulé à un moment donné. Les objets étudiés nécessitent une expertise scientifique ou professionnelle : il y a des médiations obligées qui sont forcément expertes. La gestion de l’éditorialisation des textes (validation d’expertise) et la gestion des commentaires pédagogiques sont des questions fondamentales. L’idée est que tous les contributeurs participent l’élaboration des sous-problématiques. Comment est-il possible d’envisager ce travail de synthèse ?

  • Muriel Guedj (LIRDEF/Université de Montpellier): autour de la valorisation collaborative des collections universitaires de l’université de Montpellier. [Descriptif détaillé]

Muriel Guedj rend compte de l’objectif du projet qu’elle porte : partir des collections des universités pour permettre une épistémologie nouvelle de l’écriture de l’histoire des sciences. L’originalité du projet est que l’on part des objets pour aller ensuite vers la médiation : il s’agit de penser la valorisation des collections comme objet de recherche. Des personnes d’horizons différents sont parties prenantes de ce projet. C’est parce que nous n’avons pas le même regard, parce que nous ne parlons pas la même langue que nous allons devoir revenir aux fondamentaux, à une culture commune. La question de la légitimité est également fondamentale. A quel moment on va penser à la publication ? Qui prend la décision ? Pour La Lucarne, comment aller au delà de la simple collecte ? Ces deux exemples sont une manière de légitimer. Pour ce projet, il faut que les étudiants, futurs enseignants y soient intégrés. L’insertion dans un cursus est essentielle. En terme de diffusion, les étapes doivent avoir été anticipées. Chacun doit dire précisément sur ses références plutôt que d’aller vers un langage commun. Cette définition doit être contrainte mais argumentée. La précision commence par des définitions. Le travail se situe là aussi. Quel est l’intérêt de montrer ce que les montpelliérains ont vue lors des aurores boréales ? C’est une méthode de pas à pas pour inclure des acteurs différents sur ce sujet. On a un projet d’exposition en décembre à Montpellier serait à l’interaction entre la médiation et les objets des collections comme l’expérience cruciale de l’automne. On peut aussi sortir du cadre classique des collections et faire appel à la vision, etc…

Discussion générale :

Lisa Chupin indique que l’herbier numérique permettrait théoriquement d’associer textes et autres documents. Mais il faut pour cela des espaces d’exposition virtuelle. A tous les niveaux scolaires on peut s’emparer des herbiers.

Michel Letté : toutes ces propositions sont congruentes tout en étant très différentes. Le spectre de la médiation et ce que nous pouvons mettre à disposition pour l’enseignement est au cœur de ces projets. La question de l’autorité ne se pose pas avec les étudiants car l’objet est totalement subjectif.

Jean-Claude Ruano-Borbalan : Qu’est ce que l’apprentissage humain ? On a un grand nombre dispositif à regarder. Les dispositifs de réponses diffèrent en fonction des projets. Peut-on en faire une cartographie ?  Si on veut qu’il y ait une collaboration il faut aussi que cela rentre dans nos usages, dans nos manières. C’est néanmoins difficile de le transformer en objet de recherche. Un objet aussi complexe qu’une exposition (narration filmique, mooc, théâtre…) pourrait être plus utile pour analyser les croisements.

Plusieurs sujets de recherche sont proposés à l’issue du débat :

  • la question du processus d’éditorialisation
  • les outils de médiation
  • les processus de recommandation, figures d’autorité dans les différents espaces
  • autres ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *