Atelier 2015/4 : Construction et diffusion des savoirs scientifiques et techniques au Cnam

Cette double présentation porte sur deux problèmes de légitimation des savoirs pratiques dans la tradition scientifique et technique du Cnam : la transmission par la formation aux savoirs techniques et les nouvelles disciplines scientifiques de l’ingénierie aux marges de la recherche.

Samuel Hayat (post-doc Cnam/Lirsa/HT2S). Le Cnam et la construction de la catégorie de “grand public”. 

Il s’agit d’étudier les prémisses, au XIXe siècle, l’émergence, au début du XXe siècle, puis les modifications successives jusqu’à nos jours de la catégorie de « grand public » comme cible possible, voire privilégiée, de la transmission de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) au Cnam. Pour cela, on avance l’hypothèse selon laquelle l’invention du « grand public » comme catégorie visée par la transmission de la CSTI accompagne la formation d’une séparation entre les travailleurs et les savoirs techniques utiles à la production.

Discutant : Cédric Neumann (IDHES-Paris-Ouest Nanterre la Défense).

Camille Paloque-Berges (HT2S et DICEN/Cnam) : Le Cnam et l’informatique de réseau : recherches et développements aux frontières de la légitimité scientifique et institutionnelle

Les réseaux informatiques de communication de la famille Internet se déploient en France dans les années 1980 dans l’ignorance des organes décisionnels (qui soutiennent les modèles de réseau Télécom), sans validation ni financement hiérarchique, mais dans un moment où l’informatique est en train se définir comme discipline scientifique – notamment l’informatique de réseau, entre abstraction et application. Dans ce contexte de développement non piloté, imprévu, et instable, on interroge le rapport stratégique ou circonstanciel de ces collectifs à la légitimité technique, scientifique, voire politique que le travail d’expérimentation logistique sur ces réseaux implique.

Discutants : Francesca Musiani (CNRS/ISCC) sur la gouvernance numérique et les rapports de dépendance / indépendance face aux institutions.

Samuel Hayat présente une réflexion documentée et sur plus de deux siècles à propos des relations entre les savoirs et leurs publics dans le cas du Conservatoire des arts et métiers (XIXe-XXIe siècle). A travers une généalogie de la forme de l’enseignement par démonstration, plaide pour une extension de la logique des STS pour y faire entrer la question de la transmission, et donc celle du public. Qu’il soit acteur de la construction du savoir (expérimentation de procédés industriels), ou qu’il intègre des fragments de savoirs dans une culture propre (expositions au musée), le public prescrit joue un rôle crucial dans la définition des formes de savoir (c’est-à-dire tout à la fois des connaissances, des méthodes pour les établir et des épreuves qui font que ces connaissances « valent » quelque chose). La problématique de la légitimation est ici nourrie par celle de la démocratisation du savoir : diffusion auprès des publics, mais aussi leur intégration dans sa production et sa vérification

Il rappelle d’abord la tradition originale du Cnam en matière de formation professionnelle à travers la « démonstration » de techniques (conservation et exposition). Cette tradition est justifiée par une mission – soutenir et impulser le progrès industriel, l’établissement devenant un lieu d’observation idéal des politiques relatives au savoir techniques. Deux types d’innovations pédagogiques se sont dégagés à l’étude. La première suit le modèle de l’ « apprentissage simple boucle » (concept de sociologie des organisations) appliqué à l’innovation : invente des moyens de faire mieux la même chose. La deuxième est une « innovation double boucle » : l’activité pédagogique est redéfinie dans sa mission et son cadrage. Il reste à s’interroger sur les rapports entre transmission des savoirs et les différentes figures du public (des professionnels au « grand public ») engagées dans la tradition du Cnam ; et se demander comment l’analyse des savoirs techniques doit passer par cette interrogation si elle souhaite comprendre les processus de légitimation de ces savoirs.

Les études STS sont marquées par deux programmes : celui de Callon / Latour, sur la science en train de se faire dans des réseaux d’acteurs où les savoirs se négocient aussi bien que les croyances et les stratégies institutionnelles ; celui de Bourdieu / Bloor / Barne, qui adopte un regard plus macro sur le champ scientifique, questionnant la légitimation politique des lieux du savoir. Un autre moment apparaît alors qu’on étudie la transmission des savoirs techniques dans un établissement comme le Cnam, où la formation à des jeunes sciences liées à l’innovation industrielle est privilégiée : le développement scientifique non pas comme savoir de recherche mais comme discipline enseignée. L’histoire des chaires du Cnam est aussi une histoire de la formation des disciplines (cf. les Cahiers d’histoire du Cnam) ; un angle pertinent pour les savoirs non proprement scientifiques mais liés aux savoir-faire ou aux savoirs pratiques, en périphérie d’une part des savoirs industriels et d’autre part des savoirs académiques. L’institutionalisation d’un savoir passe alors par la chaire et la systématisation d’un enseignement, se matérialise à travers un diplôme et un public, puis définit des objets, méthodes, règles de vérifiction. C’est un cycle de savoir produit par l’enseignement, qui peut aboutir à des différenciation méthodologiques ou théoriques nécessitant de nouvelles chaires, et donc un nouveau cycle. Il faut donc accorder de l’attention aux lieux d’enseignement et leurs acteurs : amphithéâtres, publics… qui sont partie intégrante du modèle de savoir construit dans l’établissement.

Plusieurs types de publics peuvent être dégagés ; Hayat les présente sous la forme d’une dichotomie : les figures des professionnels et du grand public.

(CR en cours de finalisation…. merci pour votre patience !).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *