Atelier 1 : La légitimation du savoir : une question légitime ?

1ère séance du programme de recherche “Le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes” – Labex HASTEC/Cnam. Cette séance introductive s’est déroulée le 21 mars 2014 (10h – 13h) au Cnam (amphi A), 292 rue Conté.

Le programme “Légitimations du savoir : le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes” a commencé par un atelier replaçant les problématiques dans la réflexion des SHS des trente dernières années sur la définition des savoirs et connaissances en tant qu’ils sont liés à leurs conditions de production et à leurs procédures (perspectives convoquées : épistémologie constructiviste, socio-histoire et histoire des sciences et des techniques, anthropologie des savoirs et des techniques, sociologie des connaissances, des sciences et études en science, techniques, société, sciences de l’information et de la communication, sciences de gestion et théorie des organisations). Qu’implique, aux niveaux théorique et méthodologique, une réflexion sur la légitimation des savoirs ?

Jean-Claude Ruano-Borbalan (Histoire, HT2S, Cnam) : introduction et problématiques autour de la question de la légitimation des savoirs.

Evelyne Broudoux (Sciences de l’information et de la communication, DICEN-IDF, Cnam) : un point sur la question de l’autorité scientifique dans le contexte du numérique.

Compte-rendu de la séance, suivi des enregistrements vidéos des interventions.

Le programme de recherche « Légitimations du savoir » s’est ouvert le 21 mars 2014 au Cnam lors de la séance d’ouverture introduite par Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, Cnam), suivi d’une présentation d’Evelyne Broudoux (Dicen, Cnam) sur l’autorité scientifique au prisme des dispositifs d’externalisation des connaissances du Web.

Partie 1 : Jean-Claude Ruano-Borbalan, directeur du programme

Ces ateliers commencent donc par poser une question réflexive : pourquoi la question de la légitimation doit-elle être « légitimement » posée quand on réfléchit à la construction technique et sociale des savoirs ? Tout d’abord, cette réflexion sur la connaissance est également politique. Ensuite, depuis l’émergences des programmes de recherche « Sciences, Technologies, Société », dans l’héritage des pensées de Popper, Kuhn et Merton, il est acquis que des problématiques d’épistémologies ne peuvent que gagner à être complétées par d’autres relevant de la socio-anthropologie des sciences. La composante « entrée par la technique » de ce programme est porté par l’expertise des partenaires impliqués, représentés par l’historienne Anne-Françoise Garçon (qui étudie la construction de la notion de technologie ou de technique au plan historique ; CH2ST, Paris 1 ), le sociologue Philippe Bouilloud (dont les recherches sont consacrées à la construction des sciences de gestion, entre technologies informatiques et technologies politiques ; CERT, ESCP Europe), Ghislaine Chartron, en sciences de l’information et de la communication (qui prend notamment pour objet de réflexion les rapports entre numérique et construction du sens ; Dicen-IDF, Cnam), et enfin Jean-Claude Ruano-Borbalan en histoire des sciences et des techniques (qui articule une réflexion sur les savoirs sur le temps long et dans un processus de standardisation, et les politiques de l’innovation à l’ère technoscientifique).

On a rappelé l’importance, pourtant évidente, du politique dans la question, puisque la légitimation est d’abord et avant tout étudiée sous l’angle du pouvoir – en premier lieu par les politistes. Aujourd’hui, selon une conception relationnelle dominante, la question est traitée par le biais des notions d’influence, de symétrie ou d’asymétrie. En sciences sociales (par exemple en histoire), ou en sciences humaines (par exemple en philosophie), l’entrée par le biais du dispositif a été longtemps prégnante, un concept qui montre le maintien de rapports de pouvoir par l’appareillage de l’autorité et de la légitimité. Cet appareillage repose à la fois sur des hypothèses de rationalité (par exemple, pour l’hypothèse démocratique : égalité, transparence, dialogue, espace public) et symboliques (le prestige du chef le rendant légitime à travers son « porter beau »), ainsi qu’une forme de passation des signes de la légitimité (délivrance du savoir à travers des diplômes, à travers le système scolaire). Cette tripartition a été mise en évidence par le politologue Mattei Dogan (2010), qui à travers la notion de légitimité propose 3 idéaux-types calqués sur la théorie weberienne :

– traditionnelle (l’ordre divin, familial, des anciens),

– charismatique (liée à la personnalité, au chef),

– rationnelle (légale, liée à la modernité, à la rationalité et aux procédures).

Les deux premières se réduisent-elles avec la modernité, comme le clame Dogan ? Poser la question de la technique sous l’angle de la légitimité tendrait à conforter l’hypothèse d’une montée en rationalité ; cependant, on ne souhaite pas écarter d’emblée ces deux idéaux-types qui appartiendraient à un temps passé.

Quelles sont les sources, alors, de la légitimité des savoirs, que l’on doit considérer avant même d’aborder l’angle technique ? Les sciences politiques comme la sociologie de la connaissance sont d’accord pour articuler ces 3 éléments ensemble :

– la communauté, existe pour donner à ses acteurs la légitimité nécessaire à leur reconnaissance,

– la procédure consensuelle, qui montre la dimension organisationnelle des champs du savoir,

– l’efficacité, qui viennent qualifier les résultats au-delà de l’aspect procédural.

Doit-on critiquer les « usages sociaux des sciences », comme le fait Bourdieu (Science de la science et réflexivité) ? Formulée à l’encontre de l’émergence des courants externalistes en sociologie des sciences, elle rejette l’idéal de la communauté pensée comme espace public transparent, lui confrontant les phénomènes de domination et de contraintes de la notion de champ scientifique. Ou doit-on critiquer cette critique, comme le fait Raymond Boudon (“La science aux sources des faux savoir”, 2013, L’année sociologique), pointant du doigt que la critique bourdieusienne :

– fait exister malgré elle un idéal de la transparence – sous la notion d’autonomie,

– ne se penche pas sur le rôle de l’Etat dans la constitution souveraine de la connaissance – un angle travaillé par Dominique Pestre (in Le Débat),

– n’analyse pas non plus le rôle de l’organisationnel, de la constitution et contraintes techniques du savoir – à l’opposé de la théorie crozérienne.

Cependant, la critique bourdieusienne éclaire le rôle croissant d’une vision administrative (technique) de la recherche, sous l’égide de ce qu’on appelle aujourd’hui les politiques de l’innovation, et met à jour ce débat fondamental qui oppose l’autonomie par l’évaluation scientifique interne (entre pairs) et externe (par le management public, avec les procédures qualités…).

Aujourd’hui, les deux termes de l’opposition tendent à se résorber en une alliance objective, marquant l’évolution radicale des objectifs de la science, d’une absence de préoccupation de l’utilité des sciences à une généralisation de la préoccupation sur la croissance et le développement économiques, avec la multiplication des procédures et de l’évaluation (la politique de recherche étasunienne depuis 40 ans telle qu’analysé par Elizabeth Berman dans Market University). Les programmes d’H2020 sont l’exemple d’une telle politique de recherche et d’innovation, définissant ce qu’il est possible de chercher de manière macro-systémique.

Si l’on assiste à une « technicisation » de la recherche, que dire de l’entrée en scène des technologies elles-mêmes dans le champ scientifique ? Il a été dépeint dès les années 1980 selon une perspective constructiviste (« La construction sociale des systèmes technologiques », in New Directions in Science and Technology, par Pinch, Youth, Baker et Latour) : sciences et techniques sont des constructions effectuées dans un milieu qui a des biais, en négociation avec des contraintes institutionnelles et matérielles (le laboratoire) – une conclusion actée, mais qui doit encore être discutée. En effet, ce nouveau paradigme s’appuie sur un postulat qui n’existait pas au « moment Bourdieu » : la science est, par défaut, devenue la légitimité, une rationalité qui n’est pas soumise à la discussion (comme le principe de démocratie) (ajouter une note : sciences naturelles et formelles, pas SHS). Selon Dominique Pestre, la science, en tant qu’« élément validant », « a gagné », même si son régime de légitimité a connu des mutations sous l’effet croissant des nouvelles technologies. Les croyances autour du numérique comme porteur des conditions d’un savoir « ouvert » et partagé en témoignent, en rupture avec les savoirs dits traditionnels, fermés, hiérarchiques. Cependant, si on replace cet exemple dans l’histoire de l’industrialisation des savoirs, on se rend compte de continuités : des formes de standardisation et de technicisation des modes de transmission de la connaissance, dont les MOOCs sont un des derniers avatars ; et malgré les discours utopiques, ils ne sont pas forcément consubstantiels, corrélés, déterminés par l’hypothèse démocratique, et ses principes de transparence, d’égalité et d’ouverture par le dialogue.

La tendance est aujourd’hui au constructivisme tempéré non-relativiste: il y a des contraintes de tous ordres qui sont des conditions de production (courant sociologique), mais aussi une autonomie de la production des savoirs (courant épistémologue), parce que l’ordre du discours est quand même lié à une vérité. On se doit alors d’interroger les conditions techniques de cette vérité, d’où l’importance du regard de l’historien des techniques ou du chercheur en techniques d’information, de communication et de communication, ou encore de gestion : la mise en texte, l’édition pratique des savoirs, les processus organisationnels qui sous-tendent la possibilité du discours scientifique sont cruciaux à étudier. Après tout, le chercheur légitime est aussi « publiant ».

On souhaite également réfléchir à la réflexivité technologique : l’hypothèse technologique comme science, ses outils et ses instruments de pratique et d’inscription (dans des supports comme dans des discours), est centrale dans le programme. Cette réflexivité nous amène à tempérer la séparation analytique entre techniques intellectuelles, matérielles, et organisationnelles. Les exemples de la métrologie ou de l’édition, techniques réflexives qui encapsulent le savoir tout en le produisant, serviront notamment au cours du programme à nourrir cette question.

Notre propos est ainsi de réinterroger la rétroaction de ces mutations technologiques sur la légitimation des savoirs, et cela sur le long terme (on se reportera par exemple à la cartographie de la science au 18ème siècle qui montre l’évolution des lieux de la fabrication du savoir), et mis en relation avec une compréhension sociale des régimes de savoir. Ce travail n’est bien sûr pas inédit : La raison graphique met en avant les procédures techniques de l’écriture dans la formation des pensées dominantes ; La raison de Rome (Claudia Moatti), éclaire les liens entre mutation du politique, émergence de la rhétorique et transformation des savoirs ; les Lieux de savoir (Christian Jacob) prend acte d’un tournant matérialiste dans la constitution et l’institutionnalisation des connaissances ; l’académisation des savoirs initiée au 17ème siècle procèdent de mutations structurelles étudiées par Christophe Charles ; les rapports entre industrialisation, littérature, science universitaire humboltienne et transformation politique impériale en Allemagne ont été analysés dans The German Genius.

Pour conclure, ce programme se propose de nourrir les champs d’investigation historiques et socio-anthropologiques d’Hastec sur les rapports entre savoirs, techniques et croyances à la fois dans le temps et dans la perspective des questions vives posées par les sciences et techniques contemporaines :

– rapports entre construction des savoirs et hypothèse démocratique (niveau méta-analytique) ;

– centralité actuelle de l’expertise dans les débats sur l’utilité des savoirs académiques ;

– frontières et disciplines des savoirs, en perspective avec les injonctions à la pluridisciplinarité et la complémentarité des sciences ;

– la pensée humaniste face à la réflexion scientifique et aux modes de pensées dits « ingénieurs », et leurs modèles de transmission respectifs ou en interaction…


Synthèse de la discussion

Dans les politiques publiques de la recherche, l’interdisciplinarité est fortement encouragée, mais les chiasmes disciplinaires restent prégnants. Où travailler la légitimité pour créer des liens ? C’est avant tout une question de curseur, qui se déplace selon le but de la collaboration interdisciplinaire ; la légitimité ne pose pas problème entre chercheurs de disciplines différentes, ce n’est pas ce qui détermine ou non la collaboration ; par contre, pour une collaboration hors des frontières de l’académie, elle réapparaît. Par exemple, la « prospective », qui engage une pensée de l’innovation entrepreneuriale, est-elle légitime ? La collaboration avc des entreprises reste suspecte malgré les injonctions des politiques publiques. Les espaces hybrides sont sommés de justifier leur légitimité pour se faire entendre des détenteurs des savoirs légitimes. Autre défaut possible de légitimité : les acteurs non savants, ou non experts, c’est-à-dire les profanes, ou les amateurs. Ils sont souvent relégués à la contestation sociale (non légitime) mais sont cruciaux pour la problématique, car ils sont précisément à la frontière indéterminable de ce qu’on n’arrête pas de vouloir déterminer.

Autre contradiction de l’espace public de la recherche : s’il est protecteur (comme le voudrait Bourdieu), comment expliquer que les consensus dits démocratiques sont souvent plutôt le signe de la victoire d’un groupe dominant ? Par exemple, la montée en puissance des méthodes quantitatives sont corrélatives d’une prise de pouvoir en économie politique de l’économétrie, d’une forme de regard économiste sur les données ; les techniques du traitement du signal, fortement financées par l’industrie, ne sont pas seulement dues à une autonomie pure des sciences ; enfin, en sciences de l’éducation, la victoire des sciences cognitives est lié à l’industrie de l’imagerie médicale. On peut se demander si ces victoires sont passagères, l’effet d’un moment, ou plus structurelles, témoignant d’une véritable évolution du champ scientifique ; au-delà, s’il s’agit d’une réalité scientifique ou d’un imaginaire de l’idéal des sciences.

La question de la légitimité vient ébranler celle de la vérité : on sait depuis Poincaré que les mathématiques sont affaire de convention. On attend moins des scientifiques une vérité qu’un effort vers la vérité, une véracité (Bernard Williams, Truth and truthfulness), qui relève davantage de la procédure (méthode, processus, interprétation… par exemple à travers les grands débats en herméneutique sur les conditions de l’interprétation dans les années 1970). La standardisation des méthodes d’évaluation et de publication sont une résultante de cette dynamique, d’où l’ambivalence de sa légitimité qui est débattue aujourd’hui (publication = résultat). A ces techniques procédurales on doit aussi ajouter des techniques comportementales, comme l’ethos et l’éthique du chercheur (l’obsession anti-plagiat par exemple), l’identité et la reconnaissance du collectif savant (styles de pensée), et la continuité entre connaissances esotériques et exotériques (Fleck).

Partie 2 : Evelyne Broudoux, représentante du partenaire Dicen-Idf (Cnam)

Evelyne Broudoux introduit la réflexion info-communicationnelle dans le programme Légitimations du savoir, et représente pour ce faire le laboratoire Dicen-IDF, et en particulier les recherches autour des problématiques  « Publication, Communication et Accès aux savoirs ». C’est à travers un questionnement sur ce que le numérique fait à l’autorité scientifique que la participation au programme commence, en s’intéressant aux chercheurs comme acteurs techniques et sociaux aux prises avec des réseaux (selon la théorie latourienne), ici des réseaux de communication médiés par les technologies numériques. L’autorité est liée à des procédures techniques de vérification et de validation de cette autorité : comment se reconnaissent-ils dans ce contexte, et corrélativement, comment se gouvernent-ils dans un environnement où l’autorité scientifique se trouve « augmentée » par le numérique (on rejoint le sens étymologique de l’auctoritas, liée à l’augere). Les réseaux « augmenteraient » au sens où ils permettraient aux auteurs d’étendre leur territoire.

Mais l’autorité a plusieurs déclinaisons : institutionnelle ou énonciative (voir Gérard Leclerc, Regard et pouvoir, 1996, et Wilson, Second Hand Knowledge, 1983). L’autorité d’expertise est composée de variables ajustant la personne à la source de l’information, le cadre institutionnel, et le contenu du texte ; l’autorité cognitive repose sur une relation de confiance entre des spécialistes ; l’autorité épistémique (Goodwin) ajoute à la confiance la vérité des informations communications. On pourrait dégager la notion « d’autorité informationnelle », pour décrire les processus d’information d’une sphère sociale ou individuelle : le fait de donner une forme – à distinguer des processus d’influence de l’autorité sociale. Les qualités du numérique se placent dans cette forme physique donnée à travers la communication d’informations.

La manière dont le dispositif d’encyclopédie numérique et en réseau Wikipedia informe les processus de reconnaissance et de gouvernance du savoir est un processus de légitimation : cela se passe de manière interne, à étages (Cardon et Levrel), avec des degrés divers de participation, mais fondés sur un degré élevé de confiance entre participations. C’est une légitimation à double détente, internalisées (gouvernées une surveillance humaine et algorithmique, qui assurent une validation dynamique) mais en rapport avec une extériorité (sources et citations, qui assurent une stabilité du savoir). Les techniques internes de légitimation de Wikipedia sont originales en ceci qu’elles se construisent en temps réel, dans différents espaces où le savoir est discuté, vérifié, validé ou corrigé en même temps qu’il est publié. Mais l’externalisation sociale, et non seulement technique, de la validation est cruciale : pour ancrer les connaissances dans le déjà prouvé (connaissances « notables », de seconde main), mais aussi les légitimer par des autorités académiques (partenariats avec des universités prestigieuses comme Berkeley). On constate aussi une extension des techniques de légitimation : les collaborateurs extérieurs recyclent à leur tour les connaissances produites par WP dans des projets savants (DBPedia, SemanticPedia…).

WP peut-il modifier les cadres de la légitimation de la publication scientifique ? Ce dispositif propose un filtrage a posteriori (et non a priori) des contenus publiés, et une édition distribuée et non centralisée, puisque ce sont les communautés d’affinités qui ont la main sur les contenus. Dans la publication « ouverte » d’articles scientifiques, on a assisté avec l’exemple d’Arxiv au décryptage collaboratif du génome.

Dans les espaces de l’autorité scientifique dans le champ académique, qu’est-ce qui change ? Les algorithmes comptent les citations, classent les revues, et tentent de créer de nouveaux processus de légitimation. Par exemple, Plos crée son propre système d’évaluation basé sur le nombre de téléchargements – mais cette augmentation est aussi un élargissement des critères puisque n’importe qui peut télécharger – et pas seulement la communauté scientifique. Au départ, les publications devaient être augmentées de manière qualitative – avec des discussions pouvant déboucher sur des controverses ; et des tentatives sont faites pour proposer des jeux de données, des corpus aux pairs. En réalité, c’est l’aspect quantitatif qui prime, le publish or perish, et une gestion de l’identité scientifique de/par l’auteur. Le processus de légitimation ne peut se solidifier que si les instances s’ouvrent aux nouvelles possibilités techniques.

En définitive, l’autorité de l’auteur scientifique à l’heure numérique est dépendante d’une fondation (un territoire à étendre, cf. Arendt sur la fondation romaine). Si l’autorité numérique a techniquement le potentiel d’augmenter, notamment en permettant à l’auteur de mieux maîtriser ses flux (et donc son autorité informationnelle), à mieux disséminer son œuvre, à tester son intérêt auprès des communautés, tout en assurant un lien (et donc à donner la possibilité à son autorité sociale et cognitive de se développer), à soumettre ses textes à la vérification (et donc à renforcer son autorité épistémique), il manque un lieu de légitimation pour asseoir son autorité institutionnelle (le réseau, notamment numérique, étant par définition absence de lieu, rhizome).


Synthèse de la discussion

Si ce sont d’abord les garants de l’autorité scientifique qui assurent la critique de l’autorité numérique (les premiers détracteurs de Wikipédia appartenant au champ scolaire ou académique), il est intéressant de constater qu’au final l’hypothèse selon laquelle la foule ne pourrait pas construire ses propres dispositifs de savoir s’est trouvée invalidée par la réintégration même de ces objets au champ scientifique (comme objet de recherche, comme dispositif d’appropriation et de réflexion sur la construction du savoir) des connaissances.

En fait, il y a aussi un modèle économique derrière qui cherche à substituer malgré les transformations. L’exemple de l’open science, qui postule la possibilité d’évaluer collectivement et temps réel les productions scientifique sur le modèle de WP (et non pas par évaluation pré-publication), montre une adaptation de l’économie scientifique aux possibilités techniques de l’externalisation de l’évaluation (crowdsourcing de l’évaluation). La revue Nature inclut dans ses critères d’acceptation des manuscrits la nécessité de donner accès aux données, aux méthodes, aux sources. Dans les nouvelles formes de légitimité scientifiques par les techniques numériques on voit l’intégration de pratiques supposées déstabiliser le champ scientifique. Il y a aussi des degrés divers : l’open access ne change pas le mode d’évaluation mais celui de la publication (gratuit), mais peut demander aux auteurs de participer financièrement à la publication. Une véritable légitimation de ces techniques serait que les institutions obligent les auteurs à publier en open access (par exemple sous un an), mais il faudrait trouver un modèle économique (sauf à laisser mourir les petits éditeurs). La question de la légitimité se place en effet au cœur de l’institution : c’est dans l’ordre des compétitions entre universités pour l’excellence scientifique (Paradeise) que se renforcent des processus déjà légitimes ; les marges peuvent être encore marginalisées sous l’effet économique (pression des éditeurs pour la montée en gamme).

Ce que le numérique fait, c’est surtout rendre visible, plus explicites des mécanismes d’autorité et de légitimité qui étaient acquis et implicites, plutôt que de les changer. Il y aurait un effet médiologique (transformation ou évolution conditionnée par le médium technique), mais le sens politique ne peut se penser dans des transitions à court terme, seulement sur le temps long (la formation de la pensée et son impact social, comme le montre Jack Goody dans la Raison graphique).

1/5


La légitimation du savoir : une question… par HT2S-CNAM

2/5


La légitimation du savoir : une question… par HT2S-CNAM

3/5


La légitimation du savoir : une question… par HT2S-CNAM

4/5


La légitimation du savoir : une question… par HT2S-CNAM

5/5


La légitimation du savoir : une question… par HT2S-CNAM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.