Atelier 3 : Le rôle des réseaux de communication dans la légitimation des cultures savantes

3ème séance du programme de recherche “Le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes”. Cette séance s’est déroulée le 10 juin 2014 (14h – 18h) au Cnam (salle 17.2.15), 292 rue Saint-Martin, Paris. Avec la participation de :

Jeanne Peiffer (Histoire des sciences, Centre Koyré/EHESS/CNRS) : Construction d’un discours, collectif et anonyme, de légitimation du savoir et du savant dans et par les périodiques du XVIIIe siècle ?

Valérie Schafer (Histoire de l’innovation, ISCC/CNRS) : La légitimation des savoirs et des scientifiques au risque de la communication numérique.

Evelyne Broudoux (Sciences de l’information et de la communication, DICEN/Cnam) : Réseaux de communication scientifique et calculs d’autorité numérique : quelle légitimité ?

Cette séance a été animée par Camille Paloque-Berges (HT2S et DICEN, Cnam).

Compte-rendu de la séance suivi des enregistrements vidéos

Jeanne Peiffer (Histoire des sciences, Centre Koyré/EHESS/CNRS) :
Construction d’un discours, collectif et anonyme, de légitimation du savoir et du savant dans et par les périodiques du XVIIIe siècle ?

Jeanne Peiffer a mené une étude sur l’émergence des journaux au 18ème s. qui permet de comprendre certains processus d’acceptation sociale des sciences à travers la mise en place d’une communication et d’une mise en débat des discours savants à travers le déploiement de nouvelles techniques éditoriales de publication de périodiques. La forme du journal apparaît après celle de la conférence, qui émerge au 16ème siècle (« commerce des âmes », « petites académies »), mais qui reste par définition locale. Les journaux sont les premiers à permettre la communication in absentia, et apparaissent comme un lieu alternatif de débat savant à côté des lieux traditionnels que sont les académies ; ils font circuler le savoir et lui permettent d’interagir avec des contextes multiples, au-delà des cercles de paris habituels – en particulier dans les publics alphabétisés et urbains le long des routes commerciales et dans les centres marchands. Face aux publications à périodicité longue (par exemple, l’annuel Mémoire académique des sciences de Paris), les nouveaux journaux savants paraissent plus souvent et ont une diffusion plus ample, en langue vernaculaire. Ils contribuent à rendre public la science, même si leur circulation prend place dans un contexte où la censure existe de manière variable et relative (au Royaume-Uni on doit payer un impôt onéreux, mais le régime de censure ne s’applique pas, au contraire du reste de l’Europe où la règle du privilège domine). C’est tout le paradoxe de la « République des lettres » que de promouvoir un idéal d’ouverture alors que la liberté de presse n’existe pas.

Au cœur du genre du « journalisme », caractérisé par la brièveté et la périodicité courte du genre, si les gazettes donnent des nouvelles de la République des Lettres, témoignant de la diffusion du savoir, le « journal » offre des commentaires (rarement critiques) sur des ouvrages savants et littéraires, mais aussi des extraits de livres (table de matières, citations). Les « Tables annuelles », annuelles, sont des volumes qui catégorisent les savoirs et accompagnent l’apparition de la disciplinarisation des sciences. Les figures de l’autorité se déclinent dans les paratextes de type « Avis aux lecteurs » (explicitant les choix éditoriaux), et dans le corps des textes où les « journalistes » deviennent « auteurs » en faisant entendre leur voix (commentant les choix d’organisation et de présentation des savoirs). L’ouvrage fait médiation, relatant « au jour le jour » ce qui se passe dans les arts et les sciences (selon la définition de l’Encyclopédie). Leurs fonctions initiales sont multiples, dans une ambition universaliste symbolisée par le bouquet en couverture du tout premier journal paru en 1665 sous privilège royal, Le journal des savants :

– satisfaire la curiosité nouvelle en arts et en sciences grâce aux nouvelles découvertes et expériences, et favoriser la circulation et la progression de l’information savante en Europe (cf. l’atlas CITERE) ;

– recenser les nouvelles parutions, et développer une approche bibliographique et d’indexation du savoir (tables et archives) ;

– montrer les sciences et arts mis en débat, grâce à la publication d’échanges épistolaires (correspondance d’Oldenburg dans les Philosophical Transactions) ;

– faire entrer le savant dans des fonctions d’évaluation, de recension et de sélection de la production scientifique : les savants collectores des Acta Eruditorium, le premier journal « à comité éditorial », créent le modèle du journal parvenu jusqu’à nous ; la Clef du cabinet des princes de l’Europe (1704) compile des nouvelles à partir d’autres périodiques ;

– parfois même se faire l’écho des décisions ecclésiastiques et séculières (la censure de la Sorbonne) et/ou porter des opinions de combat (le jésuite Journal de Trévoux, dès 1701).

Ils se développent massivement dans le courant du 18ème siècle (même si les milliers de périodiques créés ont des faibles durées de vie et restent très chers), devenant des entreprises éditoriales liées au marché. Tirés à quelques centaines d’exemplaires, ils circulent aussi par copies, par lectures dans les veillées et les académies ; c’est une circulation segmentée, qui prend des voies diplomatiques ou marchandes et profite des espaces de frontières ou les traducteurs sont présents (cf. les « gazettes de bouillon »). S’ils sont généralistes jusqu’au milieu du 18ème, ils témoignent par la suite une fragmentation des savoirs – la corrélation entre ces publications et ce phénomène de spécialisation restant à être étudiée.

L’acteur principal est le journaliste, qui fait l’intermédiaire entre l’auteur (bien identifié : celui qui envoie au journal les mémoires, lettres, nouvelles, prospectus) et le lecteur (plus difficile à saisir, se manifestant par le courrier des lecteurs, les listes de souscription, les correspondance privées ; mais on le connaît surtout sous une forme idéale : le lecteur potentiel. En jouant un rôle de sélection et de catégorisation du savoir, ils construisent ou utilisent des réseaux (prégnants dans les réseaux jésuites), ouvrent des logiques d’adresse au public et exposent les confrontations scientifiques.

La mise en débat du savoir le légitime ainsi auprès d’une société de lecteurs qui s’élargit, comme c’est le cas pour les controverses en médecine, par exemple le problème de la réanimation des noyés illustrée par le Mercure suisse 1733-36, question médicale inédite alors qui reformule la théorie théologique et philosophique de la « mort apparente » dans les sciences du vivant. Les débats s’organisent à partir d’une question posée par l’éditeur ou le rédacteur, puis par l’échange épistolaire distribué (avec des destinataires de plusieurs niveaux, réels et explicites) et sous couvert de pseudonyme (avec des interventions d’experts divers, aussi bien des médecins, des magistrats que des témoins), en faisant appel au genre de l’épigramme, et à travers des dialogues souvent fictifs. Se constitue donc de manière collective et anonyme un discours public sur les sciences (entre exigence théorique des savants et exigence philanthropique des pratiquants) et se construit une voix d’expert désincarnée, dépersonnalisée : ce n’est pas un savant mais la science qui parle. Le journal devient porteur d’un discours qui n’est pas celui d’un auteur, mais une construction littéraire et journalistique. Dans d’autres disciplines, comme en mathématiques, on assiste moins à un dispositif de légitimation de la science par le motif social, et davantage à un exposé des rivalités théoriques entre savants.

Synthèse de la discussion

Sur la question de la spécialisation des savoirs, on constate que les savants la recherche très tôt : si les journaux spécialisés n’existent pas (il n’y a pas assez de demande) au début du 18ème siècle, ils recopient dans les journaux ce dont il ont besoin précisément. C’est un problème de marché, qui est tangible dans les modèles de financement des journaux : l’imprimeur-libraire est un investisseur à risque – même si parfois il est aidé par des subventions de la cour, ou par des fonds débloqués par les savants. C’est aussi le début des petits métiers de l’édition (traducteurs), alors que les journalistes se forment sur le tas.

Des connaissances sont construites à travers la communication des journaux qui ne sont pas présentes à l’Académie, par exemple la question de la réanimation des noyés (Mercure suisse) ou l’invention du calcul différentiel et intégral léibnizien (Acta eruditorum). Des non savants s’entourent de savants, comme Menckel et son entourage de mathématiciens. Mais ces ouvrages posent des problèmes d’autorité et la désignation d’un ouvrage comme « journal » peut avoir des effets négatifs – ainsi de Vie sur la santé du peuple de Tissot, qui est commenté par les journalistes comme un journal de science et perçu par les lecteur comme un traité d’auto-médication, ce qui lui vaut d’être rejeté par les savants rétroactivement. C’est surtout en tant que discours public sur la science que l’apport des journaux est prégnant, et c’est dans ce sens que sont attribuées les subventions royales et prélevées les taxes. On peut avancer qu’à travers les journaux la science devient publique. L’argument de l’utilité de la science est ainsi présent très tôt dans le financement des publications appartenant au champ savant – ou à ses marges ; ce qui est légitime est monnayable, et la mise en marché de la communication des sciences est aussi une façon de voir institutionnelle (cf. Mary Douglas).

Valérie Schafer (Histoire de l’innovation, ISCC/CNRS) :
La légitimation des savoirs et des scientifiques au risque de la communication numérique

Valérie Schafer nous offre un bilan critique des discours de promotion de l’open science, s’appuyant notamment sur le numéro Essentiel d’Hermès, « Information et Communication scientifiques à l’heure du numérique », qu’elle a dirigé. Les réseaux numériques de communication, et le Web en particulier, sont pas seulement considérés comme des facilitateurs dans la dissémination des connaissances, mais aussi comme faisant évoluer la pratique de la science : remise en question du rôle d’intermédiaire des évaluateurs, fabrique des sciences au quotidien et « en temps réel », sont parmi les arguments des défenseurs de la recherche ouverte (en particulier Jason Priem, « Scholarship Beyond the Paper », 2013, ou encore Ertzscheid). Le numérique transformerait la pratique scientifique en permettant de rendre accessibles :

– des bases de données (exemple : Genebank),

– l’écriture scientifique (des blogs aux open science notebooks, comme chez le biologiste Carl Botinger,

– des dispositifs multimédia ou crossmédia pour la diffusion et la médiation.

Plus encore, l’innovation technologique numérique serait modifierait l’organisation et les modes de validation de la communauté scientifique, une solution face à l’inflation de la production des connaissances, en fournissant des outils :

– pour l’évaluation du savoir par le calcul algorithmique (filtrage, traitement et classement de l’information dérivées du « Page Rank » de Google),

– pour cartographier les contributions et les relations académiques de manière plus fine, et gérer les identités scientifiques (CV, métriques, etc.) ;

– pour offrir des contenus et méthodes sur mesure, grâce à un bouquet de services et d’applications Web.

Ainsi, les intermédiaires traditionnels que sont les éditeurs et les évaluateurs disparaitraient au profit d’une gestion de la connaissance collective, communautaire, et assistée les logiciels. Cette vision positive de la transformation des sciences par le numérique s’appuie sur une critique des anciens modèles de l’évaluation par les pairs et le marché scientifique, qui auraient commis des erreurs et abus manifestes tout au long de l’histoire des sciences (Einstein comme « non publiant », ou Jan Hendrick comme publiant abusif). Elle se distingue cependant de la « Science 2.0 », qui elle adapte la logique du marché aux nouvelles conditions du management et du marketing de l’immatériel. L’open science se veut, comme son nom l’indique, ouverte sur la société civile : elle tiendrait un séminaire permanent (Twitter), offre l’accès aux résultats et processus scientifiques (e-science) et encourage en échange les publics élargis à participer à la production de la connaissance, ou à son financement (du crowdsourcing ou crowdfunding). Face à ces nouveaux outils pensés comme émancipateurs, les défenseurs de l’open science reconnaissent que de nouveaux défis se présentent cependant, comme par exemple :

– les possibilités de manipulation de l’information (notamment à travers les systèmes algorithmiques de recommandation),

– la nécessité de repenser et de refondre l’objectivité et l’épistémologie des méthodes scientifiques.

Ce dernier point est particulièrement crucial à une époque où le déluge de données et le tout numérique semble diriger le développement de nouvelles méthodes scientifiques (big data et science in silico), et annonce la fin de la théorie (cf. Wired). Peut-on se passer du processus hypothétique, qui fait exister les données, en inversant le processus (la fouille de données et l’analyse robotisée faisant apparaître des corrélations sans hypothèses au préalable) ? Non seulement la question de la qualité des données persiste, mais aussi la nécessite de questionner l’emballement face au déluge informationnel – une question ancienne, déjà présente au 18ème siècle chez les premiers créateurs de musées, qui s’inquiètaient que les collections ne sont pas exploitées dans leur complétude : « Every age was an age of information each in its own way » (Robert Danton). C’est le problème entre adéquation entre données et outils qui se pose.

On peut donc mitiger et relativiser cette vision positive des changements. Les contributions des scientifiques en ligne font-elles communauté (peu de « science tweets » au final, comme le montre Hervé Basset) ? N’est-elle pas le fruit d’une vision libérale de la science, avec l’ouverture de nouveaux marchés pour une communauté compétitive (Priem est cofondateur et consultant de la start up Impact story, qui permet de générer CV en tps réel avec facteur d’impact) ? Cette vision adopterait ainsi le solutionnisme technologique promu par la Silicon Valley, Internet-centrique (Morozov, To Save Everything, Click Here). N’y aurait-il pas une forme d’open washing, où le principe de la science ouverte, récupéré à partir de l’utopie des logiciels libres, serait un prétexte ? Si la communauté idéale, délivrée des frontières nationales, devient un collègue invisible de la science mondialisée, il faut prendre en compte les enjeux géopolitiques. Par ailleurs, l’Internet est moins décentralisé qu’il  n’y paraît : on doit questionner l’intéropérabilité des systèmes, mais aussi les acteurs (Martin Fenner, « Some Thoughts on Beyond the Paper »). La mise en ligne généralisée pose des questions d’ordre éthique (vie privée…), notamment sur le financement public de recherches dont les méthodes et résultats, au lieu d’être dans le domaine public, sont déviées dans les start up (intermédiation). Enfin, la science « ouverte » sur le Web rend surtout visible les controverses et sujets polémiques agitant le monde scientifique, ce qui est réducteur, même si cela montre au public l’incertitude de la science (Brian Trench, 2008).

A côté de la dimension marketing de la « Science 2.0 » et du positivisme de l’open science, on pourrait dégager un autre courant paradigmatique qui lui travaille à inclure les profanes dans l’élaboration de la science : citoyens-capteurs relevant des données, collectifs de contributeurs auteurs d’articles, participation et coopération (par exemple dans les projets Tela Botanica, Foldit, Galaxy Zoo) permettant des découvertes parfois sur le plan ludique (Marc Lipinsky, « Les sciences, un enjeu citoyen »). La science n’a pas à y perdre sa légitimité, puisqu’elle continue à concevoir les outils et formaliser les enjeux, et le scientifique ne serait pas réduit un rôle de médiateur (les « scientifiques Twitter »). Il y aurait une évolution vers une hybridation entre communication et vulgarisation scientifiques, tangible dans les injonctions des programmes de financement de la recherche de valoriser les résultats auprès des entreprises ou du grand public. Mais si les réseaux numériques sont un apport en termes de communication de la science, celle-ci doit encore trouver son public (Gael Baudry).

Synthèse de la discussion

L’un des risques du positivisme de l’outil et du numérique perçu comme finalité (plutôt que de le considérer comme moyen pour que la science évolue) est que les résultats des analyses ou du recueil de données soient abandonnés pendant des années, inutilisés, dans des silos. Un autre risque est de vouloir créer une méthodologie unique, et à ne pas prendre en compte les différences épistémologiques et pratiques entre les disciplines. Les besoins des sciences physiques ou biologiques en données massives n’est pas du tout le même qu’en sciences humaines, et ne se traite pas de la même manière.

Evelyne Broudoux (Sciences de l’information et de la communication, DICEN/Cnam)

Réseaux de communication scientifique et calculs d’autorité numérique : quelle légitimité ?

Evelyne Broudoux revient sur la manière dont l’autorité scientifique est « calculée » (avec les outils du traitement algorithmique des données) à l’ère des réseaux socionumériques académiques et les rapports de ce calcul à la légitimité internet aux communautés scientifiques. Les réseaux de sociabilité scientifiques sont particulièrement marqués par les processus de légitimation, puisqu’ils entretiennent des formes de reconnaissance réciproque, de transmission et de cooptation qui les nourrissent. Hélène Hartzfeld (« Au nom de quoi devrions nous nous taire », 2011) montre qu’entre 1987 et 2009, les occurrences du mot légitimité ont plus que doublé : ce mot est ainsi un révélateur de mutations dans l’attribution de valeur dans notre société contemporaine, et traduit un déplacement de la légitimité traditionnellement attribuée au pouvoir à l’expression de pratiques ordinaires. Ici, la question de la légitimité interroge moins la légalité que la conformité du pouvoir à la manière de penser d’une nation au sujet du bien commun (Sergio Cotta, 1967). La reconnaissance par l’opinion est ainsi importante. La sociabilité scientifique en réseau à l’ère numérique prend 2 formes.

1/ Les réseaux promus par les financeurs de la recherche, en vogue dans les pays anglo-saxons. En 2004, les VRE (Virtual Research Environments) sont parmi les premiers environnements collaboratifs pour chercheurs ouvrent des espaces d’organisation et d’expérimentation du travail à distance (ex. : My Experiment, nanohub.org), et se promeuvent en mettant en avant des répertoires de méthode, une orientation vers l’ouverture (open source, open science), une participation à l’organisation et à l’indexation des données (à travers les outils du web sémantique) et un réseau social de personnes et d’objets scientifiques. Ils encouragent la recherche intensive sur fouille de données, et montrent un déplacement de la forme traditionnelle du résultat publié sous la forme d’un article académique au pourvoi de bouquets d’outils et de méthodes pour la recherche. Leur épistémologie se résume dans « les 6 R » qui gouvernent la recherche : Reconductible (Replayable), Réitérable (Repeatable), Reproductible (Reproducible), Réutilisable (Reusable), Réemployable (Repurposable ; réutilisable dans de nouvelles expériences), Fiable (Reliable ; robuste et fiabilité quand les processus sont automatisés), Référençable (Referencable ; citable et traçable).

2/ Les réseaux socionumériques d’usage général réinvestis par les communautés académiques (Facebook a commencé comme un réseau universitaire, et sont calqués sur ce modèle MyScienceWorld, ResearchGate ou Academia.edu) révèlent une structure réticulaire qui inscrit techniquement dans l’interaction homme-machine les règles générales de sociabilité, par exemple les recommandations par le voisinage, fondées sur les profils de compétences construits par les usagers. Ces services utilisent les données utilisateurs pour rapatrier systématiquement leurs références bibliographiques voire leurs contenu s’ils sont publiés dans des revues en accès libre, et calculent le score d’impact des chercheurs en fonction de ces publications et de règles internes au réseau (à partir de questionnaires à remplir par les utilisateurs). Ils promeuvent ainsi un réseautage affiné de la communauté scientifique, grâce à des systèmes d’identification et de cartographie (profilage ; author mapper).

Ces réseaux sont une des nouvelles applications de la logique de la théorie des graphes (héritée de méthodes croisées en mathématiques et sociologie). Elles ajoutent aux nouveaux espaces éditoriaux de publication et d’expression du Web (qui promeuvent l’autorité scientifique comme autoritativité, où l’auteur est aux commandes : les blogs, les sites d’auteur…) des espaces de cartographie de relations qui sont particulièrement prisés par les espaces où le Web est approprié par les institutions (cf. en particulier la plateforme Hypothèses.org, ou les archives ouvertes de HAL) et par les entreprises de l’édition (en particulier les espaces de publication ouverte, avec le modèle auteur-payeur, comme chez Plos). De l’autoritativité on passe à une autorité qui devient légitime par le calcul des liens et données générés par la publication et la circulation des publications (les bloggueurs étant poussés à référencer leurs billets sur Research Blogging, par exemple, et donc à entretenir une forme d’auto-citation). Si l’ambition de départ est d’augmenter qualitativement les évaluations, les discussions voire les controverses sur les contenus, c’est le jeu de données, et donc l’aspect quantitatif, qui finit par primer. De la citation manuelle on passe à une machine à citer, de la sociabilité réticulaire au réseautage automatisé

Les métriques alternatives (alt.metrics, cf. par exemple Jason Priem) et les propositions de l’open peer review tentent de maintenir une justification qualitative au calcul quantitatif : il permettrait de suivre le devenir d’un article dans un écosystème. Le calcul d’autorité se veut ainsi légitime : les nouveaux acteurs de la publication en ligne créeraient des chambres d’écho mesurant le retentissement d’une production en dehors des processus de validation traditionnelle par les pairs ; les revues se voient « augmentées » ; les méthodes sont remises en questions et affinées, rendues plus efficaces, par des données massives qui évitent de passer par l’échantillonnage classique. Les nouveaux modes de légitimation par les autorités calculées numériques se fondent donc sur :

– l’autorité algorithmique : calculs de proximité, de relations et de centralités dans les réseaux ;

– l’autorité communicationnelle : open peer reviewing : les évaluations sont transparentes, il y a un dialogue direct entre auteurs et évaluateurs grâces aux nouveaux moyens de communication ;

– l’autorité identifiée : les ressources et les auteurs sont identifiés via des systèmes de référencement et de recommandation soumis à l’influence sociale (d’où émerge une tension entre influence transparente et influence opaque), et les « meilleurs résultats » sont sélectionnés par ce jeu d’influence, gagnant de la visibilité.

Les communautés scientifiquement s’appuient traditionnellement sur une définition ancienne de l’autorité comme soumission volontaire, sans violence, impliquant des ordres hiérarchiques et des processus de cooptation. Que fait le numérique à cette tradition ? Elle accentue l’identification des ressources (dans la convergence des systèmes documentaires et des technologies de données Web) ainsi que celle des acteurs, qu’ils soient auteurs ou lecteurs (dans le croisement entre renseignement de métadonnées et linked data), ceci dans un processus de massification et de volumétrie exponentielle des données calculables (big data). Traditionnellement, on calcule l’autorité grâce à des facteurs d’impact et des mesures bibliométriques ; ce calcul se poursuit et se diversifie : on peut mesurer plus finement et avec de nombreux critères la réputation d’une production scientifique (ou du chercheur).

Synthèse de la discussion

A l’époque moderne, on se plaint déjà du déluge informationnel d’une part, et d’autre part de la prédation de la qualité scientifique par de nouveaux acteurs qui cherchent à se légitimer par des techniques de publication et de communication. La « qualité » de l’information est donc une question ancienne, comme on peut le voir à l’étude du quotidien des savants et de la fortune de leur publication dans l’historiographie du libre (Myriam Nicoli). Il est intéressant aussi de voir que l’auteur devient « public » en publiant, et cela au détriment de la maîtrise de leur persona (par exemple en jouant le jeu des préfaces rajoutées aux ouvrages par les éditeurs sans mettre au courant les auteurs). La prédation, aujourd’hui, concerne l’évolution des techniques éditoriales et de marketing éditorial face à la capture informationnelle de l’attention (par exemple les faux éditeurs scientifiques qui alimentent les usines à spam).

La légitimation de ces nouveaux processus passe par une récupération des techniques par les acteurs traditionnels : les universités créent leurs propres plateformes, encouragent les chercheurs à entrer dans des logiques d’accès libre… mais il manque encore un dépôt légal de la publication scientifique pour cadrer et légaliser tout cela. La légitimité tend alors à se réfugier dans la valeur comptable : l’Etat ayant besoin de mesures pour évaluer l’efficace de sa production scientifique, et reporte ce poids sur le chercheur en négligeant les aspects communautaires et humains. Les modèles de la science ouverte sont ainsi ambivalents, notamment dans le rapport complexe de confiance entre chercheurs, financeurs et grand public.

Le rôle des réseaux de communication dans la… par HT2S-CNAM


Le rôle des réseaux de communication dans la… par HT2S-CNAM

Le rôle des réseaux de communication dans la… par HT2S-CNAM

Le rôle des réseaux de communication dans la… par HT2S-CNAM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.