Archives de l’auteur : Camille Paloque-Berges

Atelier 2015/4 : Construction et diffusion des savoirs scientifiques et techniques au Cnam

Cette double présentation porte sur deux problèmes de légitimation des savoirs pratiques dans la tradition scientifique et technique du Cnam : la transmission par la formation aux savoirs techniques et les nouvelles disciplines scientifiques de l’ingénierie aux marges de la recherche.

Samuel Hayat (post-doc Cnam/Lirsa/HT2S). Le Cnam et la construction de la catégorie de “grand public”. 

Il s’agit d’étudier les prémisses, au XIXe siècle, l’émergence, au début du XXe siècle, puis les modifications successives jusqu’à nos jours de la catégorie de « grand public » comme cible possible, voire privilégiée, de la transmission de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) au Cnam. Pour cela, on avance l’hypothèse selon laquelle l’invention du « grand public » comme catégorie visée par la transmission de la CSTI accompagne la formation d’une séparation entre les travailleurs et les savoirs techniques utiles à la production.

Discutant : Cédric Neumann (IDHES-Paris-Ouest Nanterre la Défense).

Camille Paloque-Berges (HT2S et DICEN/Cnam) : Le Cnam et l’informatique de réseau : recherches et développements aux frontières de la légitimité scientifique et institutionnelle

Les réseaux informatiques de communication de la famille Internet se déploient en France dans les années 1980 dans l’ignorance des organes décisionnels (qui soutiennent les modèles de réseau Télécom), sans validation ni financement hiérarchique, mais dans un moment où l’informatique est en train se définir comme discipline scientifique – notamment l’informatique de réseau, entre abstraction et application. Dans ce contexte de développement non piloté, imprévu, et instable, on interroge le rapport stratégique ou circonstanciel de ces collectifs à la légitimité technique, scientifique, voire politique que le travail d’expérimentation logistique sur ces réseaux implique.

Discutants : Francesca Musiani (CNRS/ISCC) sur la gouvernance numérique et les rapports de dépendance / indépendance face aux institutions.

Samuel Hayat présente une réflexion documentée et sur plus de deux siècles à propos des relations entre les savoirs et leurs publics dans le cas du Conservatoire des arts et métiers (XIXe-XXIe siècle). A travers une généalogie de la forme de l’enseignement par démonstration, plaide pour une extension de la logique des STS pour y faire entrer la question de la transmission, et donc celle du public. Qu’il soit acteur de la construction du savoir (expérimentation de procédés industriels), ou qu’il intègre des fragments de savoirs dans une culture propre (expositions au musée), le public prescrit joue un rôle crucial dans la définition des formes de savoir (c’est-à-dire tout à la fois des connaissances, des méthodes pour les établir et des épreuves qui font que ces connaissances « valent » quelque chose). La problématique de la légitimation est ici nourrie par celle de la démocratisation du savoir : diffusion auprès des publics, mais aussi leur intégration dans sa production et sa vérification

Il rappelle d’abord la tradition originale du Cnam en matière de formation professionnelle à travers la « démonstration » de techniques (conservation et exposition). Cette tradition est justifiée par une mission – soutenir et impulser le progrès industriel, l’établissement devenant un lieu d’observation idéal des politiques relatives au savoir techniques. Deux types d’innovations pédagogiques se sont dégagés à l’étude. La première suit le modèle de l’ « apprentissage simple boucle » (concept de sociologie des organisations) appliqué à l’innovation : invente des moyens de faire mieux la même chose. La deuxième est une « innovation double boucle » : l’activité pédagogique est redéfinie dans sa mission et son cadrage. Il reste à s’interroger sur les rapports entre transmission des savoirs et les différentes figures du public (des professionnels au « grand public ») engagées dans la tradition du Cnam ; et se demander comment l’analyse des savoirs techniques doit passer par cette interrogation si elle souhaite comprendre les processus de légitimation de ces savoirs.

Les études STS sont marquées par deux programmes : celui de Callon / Latour, sur la science en train de se faire dans des réseaux d’acteurs où les savoirs se négocient aussi bien que les croyances et les stratégies institutionnelles ; celui de Bourdieu / Bloor / Barne, qui adopte un regard plus macro sur le champ scientifique, questionnant la légitimation politique des lieux du savoir. Un autre moment apparaît alors qu’on étudie la transmission des savoirs techniques dans un établissement comme le Cnam, où la formation à des jeunes sciences liées à l’innovation industrielle est privilégiée : le développement scientifique non pas comme savoir de recherche mais comme discipline enseignée. L’histoire des chaires du Cnam est aussi une histoire de la formation des disciplines (cf. les Cahiers d’histoire du Cnam) ; un angle pertinent pour les savoirs non proprement scientifiques mais liés aux savoir-faire ou aux savoirs pratiques, en périphérie d’une part des savoirs industriels et d’autre part des savoirs académiques. L’institutionalisation d’un savoir passe alors par la chaire et la systématisation d’un enseignement, se matérialise à travers un diplôme et un public, puis définit des objets, méthodes, règles de vérifiction. C’est un cycle de savoir produit par l’enseignement, qui peut aboutir à des différenciation méthodologiques ou théoriques nécessitant de nouvelles chaires, et donc un nouveau cycle. Il faut donc accorder de l’attention aux lieux d’enseignement et leurs acteurs : amphithéâtres, publics… qui sont partie intégrante du modèle de savoir construit dans l’établissement.

Plusieurs types de publics peuvent être dégagés ; Hayat les présente sous la forme d’une dichotomie : les figures des professionnels et du grand public.

(CR en cours de finalisation…. merci pour votre patience !).

Atelier 2015/3 Journée d’étude : Dispositifs hybrides de négociation du savoir

Journée du programme « Légitimations du savoir » (piloté au Cnam par le laboratoire HT2S, en partenariat avec le laboratoire DICEN) en collaboration avec le programme « Sciences et Techniques en Interférences » (UPEC-ESPE de Créteil), et soutenue par le LabEx HASTEC (Pres Hesam, en partenairat avec le Centre Alexandre Koyré et l’ESCP Europe).

Programme et compte-rendu dans ce même billet.

Continuer la lecture

Atelier 2015/2 : Politique des technosciences et justification par les publics.

2ème séance des ateliers « Légitimations du savoir » en 2015, avec Catherine Radtka (post-doctorante CNES/ISCC) et Clément Mabi (Costech/UTC) sur le thème : « Politique des technosciences et justification par les publics« .

Continuer la lecture

Atelier 2015/1 : Les systèmes de recommandation : la négociation de nouveaux acteurs techniques.

1ère séance des ateliers « Légitimations du savoir » en 2015, avec Gérald Kembellec (MCF Dicen-IDF/Cnam) et Guillaume Sire (MCF Carism/Paris 2) sur le thème : « Les systèmes de recommandation : la négociation de nouveaux acteurs techniques »

Continuer la lecture

Journée d’étude 2014 : Est-ce que les technologies déplacent les frontières de la légitimation des savoirs ?

Une journée d’étude a eu lieu le 17 décembre 2014 au Cnam, placée sous le signe de la problématique « Est-ce que les technologies déplacent les frontières de la légitimation des savoirs ? ». Cette journée fait le bilan des recherches de l’année et introduit le regard de l’épistémologie sociale dans le programme par le biais de notre invité d’honneur, Steve Fuller. Continuer la lecture

Atelier 5 : Le rôle des brevets dans la légitimation des savoirs de l’innovation

5ème séance du programme de recherche « Le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes » – Labex HASTEC/Cnam. Cette séance s’est déroulée le 18 septembre 2014 (10h – 15h30) au Cnam, Amphithéâtre A (Fabry-Perot), accès 4 rdc, 292 rue Saint-Martin, Paris. Avec les participations de :

Léonard Laborie (IRICE/CNRS/Paris 4 et ISCC) : L’enjeu de la légitimation des savoirs dans la construction de l’Europe des brevets au 20e siècle.

Fabienne Picard (Récits, UTBM) : Entre coordination et opportunisme : les brevets dans les processus d’innovation multi-partenariaux.

Gabriel Galvez-Behar (IRHIS, Lille 3)
: Propriété intellectuelle et organisation de la recherche scientifique : une approche par le « patent management » (France, 1916-1956)

Continuer la lecture

Atelier 4 : Nouveaux dispositifs, nouveaux savoirs : évaluer et mesurer la science

4ème séance du programme de recherche « Le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes » – Labex HASTEC/Cnam. Cette séance s’est déroulée le 7 juillet 2014 (14h – 18h) à l’ESCP Paris (Salle Europe), 79 Avenue de la République, 75011 Paris (Métro « Rue Saint Maur). Avec la participation de :

Catherine Paradeise (professeur, sociologie des organisations, Latts/IFRIS) :
Evaluation, recours aux « métriques d’excellence » et fabrication de la qualité académique (participation annulée : un rappel des propositions de Mme Paradeise a été effectué par Jean-Claude Ruano-Borbalan).

Annaïg Mahé (maître de conférences, sciences de l’information et de la communication, Urfist et DICEN/Cnam) :
La mesure de la science face aux paradigmes du Web : les nouvelles métriques en question (alt.metrics).

Animation par
Jean-Philippe Bouilloud (professeur, sociologie des sciences, CERS/ESCP)

Continuer la lecture

Atelier 3 : Le rôle des réseaux de communication dans la légitimation des cultures savantes

3ème séance du programme de recherche « Le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes ». Cette séance s’est déroulée le 10 juin 2014 (14h – 18h) au Cnam (salle 17.2.15), 292 rue Saint-Martin, Paris. Avec la participation de :

Jeanne Peiffer (Histoire des sciences, Centre Koyré/EHESS/CNRS) : Construction d’un discours, collectif et anonyme, de légitimation du savoir et du savant dans et par les périodiques du XVIIIe siècle ?

Valérie Schafer (Histoire de l’innovation, ISCC/CNRS) : La légitimation des savoirs et des scientifiques au risque de la communication numérique.

Evelyne Broudoux (Sciences de l’information et de la communication, DICEN/Cnam) : Réseaux de communication scientifique et calculs d’autorité numérique : quelle légitimité ?

Cette séance a été animée par Camille Paloque-Berges (HT2S et DICEN, Cnam).

Continuer la lecture

Atelier 2 : Mesures de la science : instruments et machines pour légitimer le savoir scientifique

2ème séance du programme de recherche “Le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes” – Labex HASTEC/Cnam. Cette séance s’est déroulée le 13 mai 2014 (14h – 18h) au Cnam (amphithéâtre Robert Faure (Z)), 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris. Avec la participation de :

Charlotte Bigg (chargée de recherche en Histoire des sciences, Centre Koyré/EHESS) :
L’évolution conjointe des méthodes d’observation et du traitement des données en astronomie entre les 18ème et 20ème siècles : fiabilité, légitimité et autorité dans un domaine de haute précision scientifique (titre provisoire).

Loic Petitgirard (maître de conférence en Histoire des sciences et des techniques, HT2S/Cnam) :
La construction de savoirs mathématiques légitimes par des ingénieurs « illégitimes » grâce aux instruments analogiques et numériques (20ème s.).

Marc Himbert (professeur, chaire de Métrologie, LCM Lne-Cnam) :
La mesure apporte-t-elle des « preuves » scientifiques ?

Cette séance a été animée par Cathy Dubois (CNES Toulouse, HT2S).

Continuer la lecture

Atelier 1 : La légitimation du savoir : une question légitime ?

1ère séance du programme de recherche « Le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes » – Labex HASTEC/Cnam. Cette séance introductive s’est déroulée le 21 mars 2014 (10h – 13h) au Cnam (amphi A), 292 rue Conté.

Le programme « Légitimations du savoir : le rôle des techniques dans la construction sociale des savoirs légitimes » a commencé par un atelier replaçant les problématiques dans la réflexion des SHS des trente dernières années sur la définition des savoirs et connaissances en tant qu’ils sont liés à leurs conditions de production et à leurs procédures (perspectives convoquées : épistémologie constructiviste, socio-histoire et histoire des sciences et des techniques, anthropologie des savoirs et des techniques, sociologie des connaissances, des sciences et études en science, techniques, société, sciences de l’information et de la communication, sciences de gestion et théorie des organisations). Qu’implique, aux niveaux théorique et méthodologique, une réflexion sur la légitimation des savoirs ?

Jean-Claude Ruano-Borbalan (Histoire, HT2S, Cnam) : introduction et problématiques autour de la question de la légitimation des savoirs.

Evelyne Broudoux (Sciences de l’information et de la communication, DICEN-IDF, Cnam) : un point sur la question de l’autorité scientifique dans le contexte du numérique.

Continuer la lecture