Projet « Genèse d’un laboratoire de recherche en informatique » 2016-2017

Le projet « Genèse d’un laboratoire de recherche en informatique 1968-1988 » a été monté par une équipe de recherche pilotée au laboratoire HT2S sur l’histoire et le patrimoine de l’informatique (Hist.Pat.info.Cnam). Il s’insère dans le programme Légitimations du savoir, et à ce titre a été soumis au patronage d’HASTEC pour l’année 2016.

Ce projet est co-piloté en 2016 par les laboratoires HT2S (Loïc Petitgirard, Camille Paloque-Berges) et DICEN (Gérald Kembellec) avec le soutien du laboratoire CEDRIC (Pierre Cubaud et Raphaël Fournier-S’niehotta) et du Centre Alexandre Koyré/EHESS (Claudine Fontanon). Il est co-financé par ces partenaires et le Laboratoire d’Excellence HASTEC. Le dépôt du dossier présentant la phase 2 du projet pour 2017 est en cours.

 

Le bilan de la phase 1 est accessible ici, et seront bientôt mis en ligne des comptes-rendus du séminaire associé.

Comment une jeune discipline scientifique devient-elle légitime dans l’espace académique ? Qu’en est-il si son projet entretient un lien fort au domaine des techniques et des applications industrielles et regroupe des objets hétérogènes ? Ces questions, engageant les sciences du numériques, peuvent être posées à la discipline informatique. La création d’un laboratoire de recherche dans un établissement à la vocation multidisciplinaire de stimulation à l’industrie et aux innovations technologiques comme le Conservatoire national des arts et métiers est un cas d’école. Nous nous proposons d’étudier la genèse de son premier laboratoire de recherche en informatique, le CEDRIC, à partir des deux décennies qui précèdent sa création (1968-1988). En étudiant les processus de légitimation des savoirs informatiques, nous analysons la construction d’un projet scientifique qui aboutit au laboratoire. Pour cela, nous nous penchons sur la trajectoire professionnelle des acteurs (carrières, bibliographie, conversations électroniques) pour comprendre comment, dans la construction sociale et institutionnelle du projet recherche, se développe un rapport aux techniques marqué par les croyances, à l’œuvre dans une période marquée par la montée en puissance des idéologies d’« informatisation de la société ».

Ce projet regroupe des expertises multidisciplinaires. Il engage des recherches en archives et le recueil du témoignage des acteurs et témoins vivants de cette histoire. Il se propose de développer un dispositif numérique de recherche, indexation et enrichissement de données bibliographiques des informaticiens du Cnam, à partir d’une base de données qui recense leurs publications académiques. D’un point de vue historiographique, la perspective engagée est prosopographique et micro-historique, tout en étant en perspective avec une analyse institutionnelle : il s’agit de retracer les parcours scientifiques des acteurs clefs et des collectifs engagés en se fondant sur leurs publications et réseaux socio-professionnels, et les conditions institutionnelles dans lesquelles ils travaillent. D’un point de vue d’informatique documentaire, il permet de tester et de développer des outils liés au Web des données pour créer un corpus bibliographique et l’analyser. Enfin, d’un point de vue patrimonial, il propose une première sélection d’objets de mémoire, fondée sur la littérature scientifique, mais aussi la vie du chercheur dans son établissement et dans ses réseaux, pour dessiner les contours d’un patrimoine scientifique et technique d’une discipline symbolique des grandes transformations du savoir des dernières décennies. Notre perspective s’inscrit dans le programme des humanités numériques en ceci que la conception d’instruments d’indexation et d’analyse des données vient épouser l’épistémologie multidisciplinaire du projet.