Bilan du projet

Bilan du projet « Légitimations du savoir. La genèse d’un laboratoire de recherche en informatique (1968-1988), PHASE 1

RAPPEL DES PRE-REQUIS

Comment une jeune discipline scientifique devient-elle légitime dans l’espace académique ? Qu’en est-il si son projet entretient un lien fort au domaine des techniques et des applications industrielles et regroupe des objets hétérogènes ? Nous avons posé ces questions à la discipline informatique, prenant pour cas d’étude la création d’un laboratoire de recherche dans un établissement à vocation multidisciplinaire de stimulation à l’industrie et aux innovations technologiques (le Cnam). Afin d’étudier la genèse de son premier laboratoire de recherche en informatique, le CEDRIC, nous avons adopté deux démarches méthodologiques :

– généalogique : travaillant sur les deux décennies qui précèdent sa création (1968-1988), à partir de la création du département de Mathématiques-Informatiques ;

– prosopographique : nous penchant sur la trajectoire professionnelle des acteurs de cette création (parcours, carrière, bibliographie) et analysant ce qui fait leur spécificité en tant qu’enseignants-chercheurs et ingénieurs au Cnam – dans le contexte général de l’académisation du domaine informatique.

Ce projet regroupant des participants de plusieurs disciplines, l’analyse historique est accompagnée par un travail en informatique documentaire pour créer un dispositif numérique de recherche, indexation et enrichissement de données bibliographiques du groupe fondateur du laboratoire. Notre perspective s’inscrit dans le programme des humanités numériques en ceci que la conception d’instruments d’indexation et d’analyse des données vient épouser l’épistémologie multidisciplinaire du projet.

L’année exploratoire de recherches a été polarisée par les interrogations concernant la construction et justification du laboratoire Cedric dans l’institution Cnam portée par un « projet  d’institution scientifique » (Grossetti, 2004) marqué par les sciences appliquées et ses rapports à l’industrie. Le choix s’est porté d’emblée sur une analyse prosopographique des acteurs de la structuration du laboratoire, sur les 20 années qui précède son instauration officielle : en centrant l’analyse sur les acteurs, on peut ainsi mettre au jour les désaccords, les conflits, les stratégies, les croyances des acteurs, leurs rapports aux savoirs scientifiques et dispositifs techniques. L’enquête s’est focalisée sur : la formation et le recrutement de ces acteurs, considérés comme des facteurs importants de leurs connaissances, savoir-faire ainsi que de leurs convictions ; les lieux de leurs travaux au sein du Cnam (départements, instituts, services…) ; les publications de ces acteurs, qui formalisent leurs connaissances et apport scientifique en savoir académique ; le témoignage vivant de ces acteurs pour comprendre leur épistémologie et visions des rapports entre informatique et société, confronté aux archives afin de vérifier la factualité des conditions administratives de la généalogie du laboratoire, et analysé de manière critique afin de différencier mémoire et histoire.

ASPECTS HISTORIQUES

Nous sommes partis de deux constats de départ : cette création semble tardive, avec 15 ans de retard par rapport à l’ouverture des premiers laboratoires de recherche du domaine (et l’ouverture d’une section Sciences pour l’ingénieur où figure l’informatique au CNRS en 1975) ; la création du laboratoire de recherche est proposée aux instances de l’établissement en 1988, validée au plan scientifique dès 1989, mais retoquée sur le plan administratif en 1990 pour motif qu’il ne représente pas toutes les activités de recherche du domaine dans l’établissement. Il a donc fallu retracer deux trajectoires de développement liés à l’entrée en recherche d’une discipline en construction, à retracer à partir des analyses prosopographiques et généalogiques : en termes de contexte institutionnel étroit d’une part, en termes de professionnalisation de la discipline de l’informatique plus général d’autre part.

La création du laboratoire de recherche (Centre d’études et de recherches en informatique du Cnam – CEDRIC) flotte ainsi pendant 15 ans, mais les publications s’accumulent. Il se construit de manière informelle, en cultivant une indépendance revendiquée par rapport au système hiérarchique des chaires (système propre au Cnam, générateur de conflits et tensions, et qui est une raison probable de la validation tardive du laboratoire). Au-delà de la problématique organisationnelle, ce cas d’étude montre que la montée en recherche des informaticiens renoue avec une tradition qui n’est pas d’actualité dans la politique de l’établissement. En effet, 4 idéaux types se dégagent depuis la création du Cnam : l’instruction professionnelle (1819-1848), l’expérimentalisme industriel (1849-1899), l’éducation publique (1900-1967), et la formation diplômante (1967-2014) (travaux de post-doctorat de Samuel Hayat, Cnam 2013-2015). La certification par les diplômes est une dimension montante dans les formations en informatique depuis les années 1950 (travaux de thèse de Cédric Neumann), ce qui correspond à l’idéal-type de la période correspondante. Mais l’angle de la recherche en informatique montre que se perpétue en sous-bassement l’idéal type de l’expérimentalisme industriel : il se développe une forme d’innovation (à la fois dans l’enseignement comme dans la recherche) accompagnée fortement par le progrès technique, dont l’informatique est le symbole depuis l’après seconde guerre mondiale. Elle vise un public de techniciens souhaitant devenir cadres dans l’informatique (recherche et développement dans les entreprises), tout en intégrant le modèle des sociétés savantes (lien avec la recherche dans une communauté autonome, auto-gérée et auto-légitimée).

1.1. Facteurs institutionnels : un retard dans la construction d’une structure de recherche

Nos recherches nous ont amené à suivre les débats et conflits suivant la création du département de Maths-Info dès 1968, et de la chaire d’informatique programmation en 1973 (F.-H. Raymond). Le département concentre à la fois un héritage (les mathématiques appliquées, le travail sur les machines « mathématiques » puis les «  systèmes informatiques ») et de divergences liées à la construction en cours de la discipline, mais aussi à des problématiques personnelles et organisationnelles des acteurs du Cnam. Les conflits, en particulier avec la chaire de machines mathématiques dont le titulaire (P. Namian) a fondé l’Institut d’Informatique d’Entreprise (IEE), se structurent autour de deux pôles :

– alliance ou séparation avec la discipline adjacente : l’informatique de gestion (dont la légitimité comme sous-discipline fait débat) ;

– contrôle des moyens de calculs, en particulier le centre de calcul nommé « laboratoire d’informatique » affilié au département dès 1968 (distinct du laboratoire de recherche en informatique qui sera créé en 1988-1990).

Ces conflits décrédibilisent le département, peu écouté et peu présent dans les instances, dans un moment de réorganisation critique de l’établissement et de baisse des crédits pour l’équipement (les années 1970 voient en effet de nombreuses grèves au Cnam liées à ces deux problématiques, notamment menées par les techniciens du centre de calcul).

C’est dans ce contexte que des premières initiatives de recherche sont proposées par Claude Kaiser, polytechnicien passé par l’INRIA et arrivé au Cnam en 1974, proche de la chaire informatique et programmation dont il prendra la suite en 1982. C. Kaiser fait le constat de l’absence d’activités de recherche dans le domaine au Cnam, dans un rapport remis à l’administration générale en 1975. Malgré la non-reconnaissance de ses propositions, il monte une équipe de recherche informelle autour de lui, qui dès lors dirigera des travaux de mémoires d’ingénieurs et mènera des recherches en lien avec des contras industriels, produisant des publications (rapports annuels de l’équipe « Systèmes » entre 1975 et 1980). La création administrative du laboratoire de recherche doit attendre 15 ans, mais les publications s’accumulent. Il se construit dans l’ombre de manière informelle, en cultivant une indépendance revendiquée par rapport au système hiérarchique des chaires – l’une des raisons de sa validation tardive ?

1.2. Facteurs socio-techniques : profils et pratiques professionnels de l’expérimentation informatique

Les années 1970 apparaissent comme fondatrices non pas de la discipline en soi mais d’une montée du domaine en théorisation, avec le regard tourné vers la notion de systèmes informatiques. Au Cnam comme ailleurs, l’informatique va commencer à trouver ses bases théoriques dans le logiciel et non plus le matériel, actant la séparation, aux plans épistémologique comme institutionnel, d’avec l’électronique.

Parmi le groupe des « fondateurs » du laboratoire, C. Kaiser a une trajectoire déterminante dans la structuration de l’informatique au Cnam. Il a un parcours atypique (cf. publication d’un entretien dans TSI) : d’ingénieur curieux d’innovation et d’expérimentation il devient chercheur puis enseignant chercheur quand il rejoint le Cnam ; il opère une fonction de stimulateur, au carrefour de la recherche et de l’industrie. Les autre acteurs du CEDRIC en devenir ont des parcours d’ingénieurs socialisés au milieu scientifique. Ils partagent un profil d’entrée dans la discipline marqué par un hybride d’opportunité et de curiosité pour l’expérimentation et la formalisation des connaissances ; il faut situer cet hybride dans un moment où le domaine professionnel aussi bien que la discipline scientifique sont en construction.

Kaiser organise en 1975 une petite équipe de recherche informelle, constituée de personnels du département Maths-Info et du centre de calcul (« Laboratoire d’informatique ») qui lui est lié, indépendante cependant du département et des chaires. On a retracé leur parcours et carrières. C. Kaiser a un parcours atypique (cf. publication d’un entretien dans TSI) : d’ingénieur curieux d’innovation et d’expérimentation il devient chercheur puis enseignant chercheur quand il rejoint le Cnam ; il opère une fonction de stimulateur, au carrefour de la recherche (contacts INRIA) et de l’industrie (réseau de polytechniciens). Les autres relèvent de parcours d’ingénieurs socialisés au milieu scientifique : ils vont passer des thèses à l’Université Paris 6 (le Cnam n’étant pas habilité). Ils ont souvent un profil d’entrée dans la discipline défini par un hybride d’opportunité et de curiosité pour l’expérimentation et la formalisation des connaissances ; il faut situer cet hybride dans un moment où le domaine professionnel aussi bien que la discipline scientifique sont en construction – donc on ne peut pas vraiment parler de « vocation » à proprement parler. Pour les plus anciens (ex. : C. Kaiser), il s’agit d’une génération qui construit le métier et la figure professionnelle de l’informaticien – et a fortiori de l’informaticien enseignant-chercheur. Cette équipe dirigera des travaux de mémoires d’ingénieurs et mènera des recherches en lien avec des contrats industriels, tout en produisant des publications plus académiques. Trois facteurs favorisent l’entrée en recherche des acteurs du laboratoire :

– une veille technologique accrue (réseaux de la recherche français, en particulier l’INRIA ; et le regard tourné vers les Etats-Unis) doublé d’une participation active aux sociétés savantes de l’informatique scientifique (avec l’accueil de séminaires au Cnam) ;

– la capacité à passer des contrats avec l’industrie, sous la forme de transferts d’ingénieurs qui viennent faire des recherches au Cnam – jouant le rôle de « jeunes chercheurs » alors qu’on ne peut faire passer de thèses au Cnam ;

– un goût pour l’expérimentation à l’interface du matériel et du logiciel, en particulier dans le domaine innovant des systèmes (systèmes d’exploitation et répartis).

Sur ce dernier point, le lieu du laboratoire d’informatique joue un rôle crucial : c’est autour de l’assemblage de machines expérimentales (machines Unix) que se développe un goût pour l’expérimentation des systèmes d’avant-garde, systèmes d’exploitation compatibles, répartis, réseaux… qui nécessite une formalisation et une théorisation de plus haut niveau (afin de voir le système dans son ensemble et pas seulement au niveau local d’une machine particulière). Certains des chercheurs se spécialisent d’ailleurs en théories mathématiques des réseaux après avoir accompagné la mise en place des premiers réseaux de machine dans l’établissement. Il reste à comprendre plus en détails ce qui pousse cette théorisation : des problématiques épistémologiques (rapport entre expérimentation et théorie) ou pédagogiques (formaliser pour enseigner des formes générales ?), ou encore plus circonstancielles (entrée dans un réseau de chercheurs après avoir été isolés)… ? On peut assimiler l’ethos technoscientifique de ce petit groupe à l’esprit « hacker » des communautés internationales en informatique d’avant-garde (avec une dimension pratique très importante / hands on computing), avec lequel le groupe tisse de nombreux liens (communications, publications, réseaux…).

De fait, en 1988, date de la demande officielle de la création d’un laboratoire de recherche en informatique Centre de Recherche en Informatique du Cnam (CEDRIC), le groupe peut proposer une bibliographie déjà épaisse de publications scientifiques. Si la question de l’informatique de gestion a pu poser problème dans les années 1970, une alliance stratégique a lieu qui permet d’augmenter la liste des publications et de peser notamment au Conseil de Perfectionnement. Les raisons et développements de cette alliance restent à investiguer plus avant.

ASPECTS DOCUMENTAIRES

En vue de faciliter le travail de collecte des documents et de création de savoir, l’équipe de chercheurs en information-communication et informatique, en lien avec l’équipe des historiens, ont initié le développement d’un système documentaire. Celui-ci repose sur une architecture comportant trois couches : stockage des documents dans un serveur en ligne (couche basse), organisation des documents (couche intermédiaire), visualisation et manipulation des documents (couche haute). Deux stagiaires (1 profil documentation – 2 mois, 1 profil informatique – 3 mois) ont été recrutés pour la réalisation des tâches d’implémentation.

Lors de l’étude de l’état de l’art, trois systèmes ont été envisagés et ont inspiré notre approche :

1/ http://dpif.cnam.fr/ : le Dictionnaire Prosopographique des Inventeurs en France – en particulier les différents onglets permettant des « vues » différentes de l’information associée à une notice biographique. L’approche strictement biographique, cependant, est écartée pour notre projet car c’est le collectif davantage que l’individu que nous souhaitons mettre en valeur.

2/ SyMoGih : système modulaire de gestion de l’information historique. D’un point de vue méthodologique, son approche par objets (acteurs – dont collectifs ; lieux, objets abstraits ; caractères sociaux, formes concrètes) est la plus pertinente pour notre projet. Des contraintes techniques d’hébergement du système et des données nous l’ont fait écarter.

3/ Le choix s’est porté sur Omeka, système documentaire Web spécialisé dans la publication de collections savantes, muséales, bibliothécaire pour sa facilité d’implémentation et de personnalisation. Sa large diffusion dans le monde académique en fait un outil de travail quasi standard. Sa plasticité nous permet d’y implémenter un système de visualisation et de manipulation personnalisé selon nos méthodologies.

Sur la couche la plus basse se déroule le dépôt et la gestion électronique des documents numériques (GED), formats et droits compris. Afin d’organiser la matière documentaire, un plan de classement a été élaboré sur la base des standards en vigueur, les règles de nommage, au niveau le plus bas du système (stockage des fichiers). Les fichiers sont ainsi nommés avant même d’être placés dans un espace commun, et donc procèdent d’une organisation a priori. Cela permet d’éviter la dépendance à la couche intermédiaire et favorise donc la séparation complète des couches, ce qui facilite une migration éventuelle vers d’autres outils.

La couche intermédiaire est un outil de « gestion documentaire » qui définit le statut documentaire de ces fichiers (sources primaires, secondaires, types et genres de documents…). On peut définir des frontières entre des fonds ou autres ensembles documentaires. C’est ici que s’organise la datation, l’authentification et la mise en relation des documents. Pour ce niveau archivistique, nous avons décidé d’utiliser un système déjà réalisé, personnalisable : Omeka.

Sur la couche la plus haute, s’interprètent les données et documents. C’est l’interface utilisateur. On va y modéliser la manière dont les documents sont catégorisés, mis en relations, et visualisés ; cette modélisation est pensée en lien direct avec la méthodologie d’analyse, en l’occurrence une prosopographie qui soit aussi une analyse relationnelle (acteurs-réseau). Il est prévu notamment un système de catégorisation souple, par « tags » (étiquettes) qui permettent d’associer les documents à des mots-clefs, en complément de vocabulaires plus contrôlés comme des thésaurus technoscientifiques liés à la discipline.

Dans le cas du matériau traité (bibliographie académique), les règles classificatoires des documents et les vocabulaires qui y sont associés évoluent aussi au fil du temps, au rythme des avancées technologiques et de leur intégration scientifique comme sujet d’étude. La question du consensus pour le choix d’une classification est pertinente, surtout dans le cadre de l’étude d’une science « en train de se faire », comme c’était le cas au milieu des années 60. Plusieurs grandes associations professionnelles et sociétés savantes ont ainsi proposé des modèles à visée documentaire pour classer, diffuser aisément la production technoscientifique en informatique. Parmi les plus anciennes et les plus reconnues, nous pouvons mettre en avant celles de l’« Association for Computing Machinery (ACM) » et de l’« Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE). ». Ces deux associations possèdent leur propres bibliothèques en ligne qui autorisent toutes deux des recherches avancées classiques, mais aussi un accès aux corpus par des facettes telles que les entités de recherche, les auteurs, les spécificités techniques, la notoriété des écrits et des acteurs, autorisant ainsi l’analyse quantitatives des réseaux d’auteurs au travers la statistique de leur production.

Dans le cadre de la modélisation d’un outil de recherche sur un sujet aussi spécifique que celui envisagé, le choix d’une classification réputée et historiquement documentée était donc un enjeu majeur. Le choix s’est ainsi porté sur la taxonomie ACM, dont les différentes versions font le consensus, admettent une traçabilité de version et une rétrocompatibilité de classement des documents. De plus, cette classification thésaurise deux vocabulaires contrôlés spécifiques à l’informatique : un pour les entités nommées et un second pour les termes descripteurs.

Les entités majeures du système sont donc déterminées par les acteurs (chercheurs, équipes, structures institutionnelles, revues…). On vise à mettre au jour quelque chose de « collectif », qui détermine la généalogie du laboratoire de recherche. Pour la forme la plus simple, on trouve bien sûr des autorités collectives, comme la co-autorité d’articles ou d’ouvrages, d’associations, de structure institutionnelle (département, laboratoire). Un collectif d’auteurs prend même un nom ad hoc, Cornafion, pour la publication de Systèmes répartis. Sous des formes plus complexes, on trouve par exemple l’équipe de recherche qui précède le laboratoire CEDRIC, à des stades différents de son évolution entre 1975 et 1988.

À l’interface des équipes historiennes, info-documentaire et informaticienne, un travail d’affinage de la méthodologie a été effectué pour dégager des relations que des entités collectives entretiennent entre elles. Un ensemble de cartes heuristiques a été élaboré, comme celle-ci:

carte-heuristique

Elles servent de base à la conception de la base de données relationnelle sur laquelle repose la plateforme numérique de travail, donnant une liaison et une première hiérarchie aux étiquettes et catégories utilisées dans la couche haute.

Le stage organisé pour la formalisation de la bibliographie, en amont de l’implémentation du dispositif documentaire a été pourvu par un étudiant en MASTER de documentation sur une durée de 3 mois. L’objectif de ce travail était triple :

  1. Penser le système archivistique pour la collecte et le traitement des archives du Cnam en lien avec l’historique du Laboratoire CEDRIC ;
  2. Rechercher et enregistrer les notices de la production scientifique sur la période traitée ;
  3. Rechercher et enregistrer de manière normalisée les notices des mémoires d’ingénieurs rédigés sur la période ;

Concernant le premier point, un travail de comparaison (benchmark) des outils permettant à la fois l’enregistrement et l’indexation des archives du Cnam et celui des notices bibliographiques a été mené conjointement par le stagiaire en informatique et celui en documentation.

Ensuite, la collecte des notices d’articles, livres, actes de conférences produites par les chercheurs du Cnam a été menée sur les bibliothèques numériques en accès par abonnement et accessibles grâce au service de documentation du Cnam. Les principales bases consultées, par ordre de priorité sont dl.acm, ieee Xplore, Taylor & Francis et Springer mais aussi les archives numériques comme l’américain ArXiV et le français HAL. Une troisième passe de recherche a été effectuée sur les moteurs de recherche scientifiques comme Google scholar, avec vérification des notices. Au total, 246 notices ont été retrouvées.

La collecte de ces notices a été gérée grâce au Logiciel de Gestion de Ressources Bibliographiques (LGRB) Zotero qui permet de « détecter » les notices présentes dans les pages Web et de les enregistrer sur un ordinateur individuel et éventuellement dans un espace partagé, solution qui a été retenue pour permettre le partage en lecture écriture à tous les membres du projet. Ce mode de travail collaboratif a permis de travailler sur le dédoublonnage des notices alors même que la collecte n’était pas terminée.

Le stage organisé pour élaborer le cahier des charges de la plateforme numérique et commencer le développement a été pourvue par un étudiant de Master 2, pour une durée de 5 mois (amputée des semaines de fermeture du Cnam). En collaboration avec le deuxième stagiaire du projet il a dans un premier temps effectué une recension des plateformes existantes dans le domaine, en vue d’en déterminer les caractéristiques principales et de choisir celle qui pourrait, le cas échéant, servir de base à la plateforme réalisée pour le projet. Sa synthèse a conduit au choix d’Omeka, comme indiqué supra. C’est une plateforme open source, répandue dans la communauté et d’administration assez aisée.

La deuxième mission du stage a consisté à installer et configurer Omeka. Cela a pu être réalisé et une version de la plateforme est accessible en interne du Cnam à l’adresse http://163.173.230.26/omeka-2.4/ . Des comptes utilisateurs ont été créés, pour permettre les premiers tests. Une réflexion sur les droits d’accès (“lecture seule” ou “lecture et écriture” des contenus) de chacun est en cours, afin de faciliter le travail et éviter les maladresses. Le stagiaire a également exploré l’ensemble des extensions (plugins) disponibles pour Omeka. Il a réalisé une tâche de développement courte en fin de stage pour normaliser les notices bibliographiques des mémoires d’ingénieurs collectées par les chercheurs en histoire. En effet, le passage par Zotero ne permettait pas de gérer aussi finement que nécessaire les notices dans la version par défaut. Le principal problème étant que Zotero ne permet pas nativement de gérer les notices des mémoires d’ingénieurs, le fichier d’export de la bibliographie contenait donc des erreurs formelles récurrentes : les 596 mémoires d’ingénieurs étaient formalisés comme des mémoires de doctorat, ce qui en empêchait la distinction avec les réels doctorats soutenus sur cette période.

La poursuite de ce travail peut emprunter une voie assez évidente. Il reste à continuer la mise en adéquation d’Omeka avec le modèle de données fin élaboré en collaboration avec les chercheurs en histoire. Ensuite ou en parallèle, l’automatisation de la jonction entre la couche basse (numérisation des documents) et intermédiaire (Omeka) devra être réalisée et testée. À plus long terme, un travail d’amélioration de l’interface pourra également avoir lieu : nouveaux regroupements de documents, enrichissement d’annotations, etc.

Le travail de numérisation et d’organisation des données a porté cette année sur :

– la liste des publications des chercheurs pour la période 1975-1980 et 1988-1990 (début et fin de la période d’incubation du laboratoire de recherche) – références prélevées dans les archives ;

– la liste des mémoires d’ingénieurs soutenus dans cette période – notices prélevées dans les catalogues du Cnam.

L’équipe historienne doit encore exploiter les données et documents traités dans le système. Ce sera l’objet de l’année prochaine. Les buts additionnels de la réalisation du projet à court terme sont :

– l’intégration de documents hétérogènes (dont des notices d’objets informatiques, en l’occurrence des ordinateurs, matériels et logiciels) et leur mise en relation ;

– l’enrichissement des données documentaires (lien avec des d’autres données sur le Web) ;

– création d’une chronologie.

SOURCES EXPLOITEES

  • Entretiens complets avec C. Kaiser, G. Florin, et V. Gal, et un entretien informel avec S. Natkin (noyau du groupe fondateur du CEDRIC).

– Claude Kaiser : chargé de cours au département Maths-Info dès 1972 / élu Maître de conférences en 1974 / titulaire de la Chaire d’informatique programmation en 1982 (successeur du premier titulaire François-Henri Raymond)

– Viviane Gal : secrétaire de la chaire sous Claude Kaiser à partir de 1982 (entrée au Cnam en 1981, ayant suivi la formation Maths-Info)

Gérard Florin : directeur du laboratoire d’informatique dans les années 1970-1980, entré au Cnam en 1970.

  • Liste des mémoires d’ingénieurs entre 1968 et 1988.
  • Catalogue Bibliothèque Cnam : Liste des publications et rapports de recherche entre 1975 et 1988.
  • Archives Cnam : Dossiers du « laboratoire d’informatique » (centre de calcul) 1970-1985
  • Dossier personnel de C. Kaiser.
  • Séminaire de mise en perspective avec invités avec intervention d’un membre du groupe de travail : « Carrières et parcours au début de l’informatique » (Anne Collinot, P. Mounier-Khun, Claudine Fontanon) « Collectes du patrimoine des sciences et techniques et de l’informatique » (Catherine Cuenca, Isabelle Astic, P. Denoyelle), « Archives de l’enseignement des sciences et techniques de l’informatique » (P. Lamard, P. Mounier-Khun, C. Neumann).

PUBLICATIONS

1/ C. Neumann, L. Petitgirard, C. Paloque-Berges, « Le Cnam : un lieu d’accueil, de débat et d’institutionnalisation pour les sciences et techniques de l’informatique », Revue Techniques et Sciences de l’informatique (TSI), numéro de septembre 2016

Comment l’informatique, domaine hétérogène, est-elle devenue discipline d’enseignement et de recherche ? Cette question, nous l’abordons par le biais d’une histoire des institutions de sciences et de techniques, en nous penchant sur le « projet » scientifique de l’établissement. Nous entendons par « projet » des « ensembles constitués d’orientations idéologiques, d’idées, de discours et aussi de dispositifs juridiques ou matériels, de pratiques ou d’habitude » comme le propose Michel Grossetti (2014) pour définir deux types d’institutions scientifiques académiques (l’un tourné vers l’industrie, le second vers la « science pour la science », 2014). Le Cnam répondant à la première définition, il est un lieu d’observation idéal pour interroger la fabrication de cette discipline en pratique, et la penser à travers les conditions de son inscription et de son institutionnalisation dans les structures d’un grand établissement.
Nous présentons les grandes étapes et les enjeux associés à cette évolution, depuis l’entrée de l’informatique dans l’établissement par le biais des formations organisées avec les constructeurs de matériels mécanographiques dès les années 1950, jusqu’à sa structuration en domaines et lieux différenciés au sein de l’établissement : départements, chaires, services auxiliaires, et pour finir la création d’un laboratoire dédié, le CEDRIC, né en 1988 et toujours en activité. Nous éclairons cette période d’institutionnalisation à travers trois trajectoires : scientifique (des mathématiques appliquées à la programmation), matérielle (l’électronique et la technologie des ordinateurs), organisationnelle (comptabilité, informatique de gestion, sciences de l’organisation). Nous montrons ensuite les alliances, négociations et reconfigurations entre les acteurs et entre ces trajectoires : l’informatique, sujet d’enseignement, devient moyen et sujet d’expérimentations, préliminaire à la structuration moderne de la discipline au Cnam. Au fil des années 1970-1980, la formalisation administrative des aspects formation, recherche et logistique liés au domaine informatique témoigne d’une institutionnalisation qui fait écho à la structuration du champ des sciences et des techniques plus largement. Ce texte constitue ainsi une synthèse à partir des travaux précédents des trois auteurs, ainsi qu’un état des lieux des connaissances liées à l’histoire de l’informatique au Cnam.

2/ C. Paloque-Berges, C. Neumann et L. Petitgirard, « J’ai eu une carrière à l’envers » : entretien avec Claude Kaiser, ancien titulaire de la chaire d’informatique-programmation du Conservatoire national des arts et métiers, Revue Techniques et Sciences de l’informatique (TSI), numéro de septembre 2016.

3/ Cahiers d’histoire du Cnam, vol. 6, 2017/1 (en construction) : actes de la journée d’étude (cf. plus bas).

Colloque (en cours de construction pour le 15 novembre 2016), organisé en partenariat avec l’équipe du séminaire « Histoire de l’informatique et de la société numérique » au Musée des arts et métiers (Isabelle Astic, Pierre Mounier-Kuhn, François Anceau).

Ce colloque a vocation à faire le bilan de l’année et de proposer un élargissement historique, sociotechnique et épistémologique à partir de ses conclusions. Nous avons dégagé l’idée que les germes de la création du laboratoire de recherche, 15 ans avant sa création formalisée, sont à trouver dans les premiers travaux des enseignants du Cnam sur les systèmes. A partir de là, nous présenterons une généalogie internationale des systèmes d’exploitation en informatique, et des cas de travaux sur des systèmes dans le courant des années 1970 en France. Cette perspective sera enrichie par des regards patrimoniaux, et en informatique documentaire.

Matin. Le groupe de recherche Hist.Pat.info.Cnam fait le bilan de son travail de l’année : tournants dans la montée en recherche des enseignants du département Maths-Info, rapport aux chaires, à l’institution et au milieu savant de l’informatique ; implication dans des réseaux internationaux et des recherches d’avant-garde sur les systèmes répartis et compatibles ; présentation des avancées du système documentaire avec un commentaire des publications liées à la recherche sur les systèmes.

Après-midi. Gerard Alberts (Univ. d’Amsterdam) sera notre invité et proposera une conférence en « keynote » sur la montée des systèmes d’exploitation dans les années 1950-60 au plan international. M. Bullynck présentera également une histoire des systèmes d’exploitation depuis leurs origines. Reste du programme : présentations d’acteurs sur différents systèmes en France (Chorus, CPM, Gecos) et le contexte plus large d’industrialisation du plan Calcul (machines de la CII vs. machines américaines).

(Programme définitif bientôt disponible.)