Ateliers 2014

Argumentaire
Partenaires porteurs du projet
Comité scientifique
Comité d’organisation

Argumentaire

Notre objectif est d’interroger les dispositifs de légitimation du savoir dans le temps, au sens général du terme mais aussi dans ses acceptions plurielles et spécifiques : savoirs scientifiques et académiques, savoirs liés à l’éducation et aux dispositifs d’apprentissage scolaire ou professionnels, savoirs liés à la production, à l’organisation, et à l’innovation, ou encore savoirs plus informels, émergents, populaires. L’approche par les techniques vise à aborder la question de la construction des savoirs dans une perspective plus socio-anthropologique qu’épistémologique : qu’est-ce qui fait qu’un savoir devient conforme aux croyances et aux règles d’une société à un moment donné, qu’il y est valorisé ou sert de support de valorisation à des stratégies politiques ou économiques. On définit les techniques comme instruments de cette légitimation, mais aussi comme mode de pensée qui encadre le processus de légitimation ; nous adoptons une perspective large, embrassant les technologies matérielles et intellectuelles, les instruments, machines et modèles opératoires.

Une approche épistémologique « pure » aurait l’inconvénient d’effacer la question de la légitimité, puisque théorie de la connaissance ou science de la science, elle se penche prioritairement sur des savoirs institués, reconnus dans des formes institutionnelles de pensée. L’épistémologie, dans le choix de ses objets, et elle-même légitimante dans le cadre du savoir scientifique. Sans négliger la richesse de l’approche épistémologique, nous souhaitons cependant faire intervenir les dimensions politiques, sociales et culturelles en jeu dans la manière dont les savoirs acquièrent un statut légitime. Dans la valorisation d’un type de savoir, quelle technique est convoquée ?

A titre d’exemple, dans le champ du savoir scientifique, les instruments sont des technologies matérielles privilégiés, support de la mesure, du calcul, et de la preuve. Le programme collaboratif 3 d’HASTEC (responsable : Nathalie Luca) a mené une réflexion voisine en montrant comment des modes de pensée non scientifiques (religion, ésotérisme…) pouvaient utiliser des instruments scientifiques pour « prouver » leurs système de pensée, empruntant aux techniques de crédibilité de la sphère scientifique, voire les détournant (la frontière entre crédibilité et crédulité étant parfois mince). Dans cette même sphère académique (de la recherche scientifique à l’enseignement), les méthodes (modèles, théories, et plus généralement encadrement de l’expérience par le regard scientifique) mais aussi des supports de médiation, transmission ou circulation du savoir (écriture cursive ou graphique, livre, correspondance, revues…) marquent l’importance des technologies intellectuelles dans la reconnaissance des savoirs. Autres exemples dans d’autres sphères du savoir : dans les savoirs liés à la production industrielle, les techniques de management et de gestion par exemple sont aussi des processus qui légitiment, à travers la rationalisation, le savoir produit par l’organisation à côté des artefacts qu’elle produit – et l’évolution historique depuis l’industrialisation, vers une dématérialisation et une intellectualisation des biens de production, pose de manière cruciale la question des savoirs en contexte d’innovation.

Pour en revenir à notre problématique large, on se demande ainsi qu’est-ce qui fait qu’un savoir est reconnu comme tel ? Quelles techniques sont-elles utilisées dans les processus de légitimation ? Plutôt que questionner directement la nature du savoir, on se demande comment il se construit grâce à des techniques qui assoient sa légitimité (son adéquation par rapport à un système de pensée et de croyance). Notre approche constructiviste interroge ainsi le recours à des sources d’autorité qui prennent des formes particulières – que l’on peut voir, donc, comme des techniques plus ou moins systématisées. Ainsi, nous pensons que les conditions de définition des savoirs dans une société se définissent à travers des procédures :
– depuis la validation par l’appareil politique à la délégation aux experts,
– depuis l’invocation des traditions aux débats professionnels orientés sur le futur,
– depuis la mise en place de méthodes jusqu’à la confirmation de ces modèles par des instruments et machines,
– depuis des loci de validation du savoir (autorisation, vérification, preuve…) qui peuvent procéder à des formes de différenciation entre les savoirs, mais aussi de standardisation et convergence des savoirs.

Enfin, la technique étant au cœur de notre réflexion, dans toute sa complexité définitionnelle et dans ses aspects aussi bien intellectuels que matériels, nous souhaitons accorder une place particulière aux technologies numériques en tant que support, système, langage, environnement, sens. Sans occulter les autres technologies, bien entendu, nous pensons que la réflexion sur le temps long des techniques de légitimation des savoirs prendra une signification particulière en comparaison avec la « technique » dans laquelle notre société actuelle place autant de croyance que de méfiance, d’utopies que de dystopies.

Partenaires porteurs du projet

Nous souhaitons inscrire cette réflexion dans une perspective pluridisciplinaire, la question de la légitimité du savoir traversant le temps long, les différents terrains d’analyse, mais aussi les méthodologies et disciplines scientifiques. Ainsi, les intérêts et travaux des 4 partenaires scientifiques principaux, au sein du comité scientifique, transcendant les partitions disciplinaires :
– Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, Cnam), historien de l’éducation et des technique, et ses équipes qui travaillent sur des problématiques historiques et actuelles en rapport avec la construction des systèmes technologiques et la médiation des savoirs ;
– Ghislaine Chartron (DICEN, Cnam), en Sciences de l’information et de la communication, experte sur la question des systèmes d’information et de documentation des sciences à l’ère numérique, et pilotant un axe de recherche sur la Publication, al communication et l’accès au savoir ;
– Philippe Bouilloud (CERS, ESCP), sociologue des organisations, des sciences sociales et de la connaissance scientifique, expert sur la question des métiers scientifiques (en particulier la sociologie et la gestion) et de leur processus de production intellectuelle.
– Anne-Françoise Garçon (CH2ST, Paris 1), historienne des techniques, spécialiste des questions relatives à la pensée technologique de l’innovation et aux régimes de la technique à travers l’histoire moderne.

Cependant, il faudra, pour aboutir à une véritable problématisation interdisciplinaire de notre question, affiner notre questionnement et atteindre des formes d’accord, sinon théoriques, du moins en termes de définitions des concepts et objets : c’est pourquoi il nous semble important de faire dialoguer les partenaires lors d’ateliers sur une année entière d’une part, et de mettre en présence différentes expertises disciplinaires lors de chaque séance. La journée d’étude qui se tiendra en décembre proposera une reformulation interdisciplinaire des enjeux discutés tout au long des ateliers.

Comité scientifique

Bruno Belhoste (Modernités et Révolutions/CH2ST/Paris 1), Olivier Badot (Doyen de la recherche, CERS/ESCP), Jean-Philippe Bouilloud (CERS/ESCP), Evelyne Broudoux (DICEN/Cnam), Serge Chambaud (Directeur du Musée des Arts et Métiers), Ghislaine Chartron (DICEN/Cnam), Anne-Françoise Garçon (CH2ST/Paris 1), Camille Paloque-Berges (HT2S/Cnam), Loïc Petitgirard (HT2S, Cnam), Manuel Zacklad (DICEN/Cnam).

Pilote du programme de recherche : Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S/Cnam).

Comité d’organisation

Camille Paloque-Berges, Rebecca Amsellem, Robert Nardone, Sofia Foughali (HT2S/Cnam).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *