Ateliers 2015

La deuxième phase du projet « Légitimations du savoir » commence en février 2015 avec un cycle de présentation de travaux en cours de jeunes chercheurs. Si vous êtes intéressés par nous rejoindre ou présenter vos travaux au sein de ce cycle d’ateliers, n’hésitez pas à nous écrire.

Cette nouvelle année du programme est soutenue par les partenaires scientifiques et financiers associés au LabEx HASTEC : laboratoire DICEN (Cnam), ESCP-Europe, Centre Alexandre Koyré (EHESS).

Programme prévisionnel des ateliers 2015.

Argumentaire

L’année 2015 est placée propose la présentation de travaux inédits autour d’une problématique commune : Négocier la légitimité des savoirs : des acteurs multiples entre systèmes et dispositifs techniques

Le programme « Légitimations du savoir » prend une nouvelle forme : un cycle de séminaire jeunes chercheurs avec présentation de travaux en cours. l’optique pluridisciplinaire est conservée (Histoire, Sciences de l’information et de la communication, Sociologie, Sciences de gestion) avec des approches méthodologiques variées (« Sciences, Techniques et Société », Théorie du document, Sociologie historique, Communication des organisations…).

Dans la première phase, nous avons défini, la légitimité comme une construction sociale et discursive, ancrée dans des dispositifs matériels et des techniques intellectuelles ou scientifiques (les dimensions savoir, techniques et croyance, notions clefs des travaux du Labex, étant à ce titre travaillées en articulation). Les différents ateliers ont montré en particulier la multiplicité des acteurs impliqués dans des processus de légitimation, et notamment les amateurs ou « parties prenantes »  en interaction avec le champ de validation d’une légitimité distincte et reconnue par le « souverain », à savoir la sphère académique et savante, ses procédures et régimes de production discursifs ou d’administration de la preuve.

Pour la deuxième phase du programme, le laboratoire HT2S et ses partenaires proposent de continuer et développer les travaux entrepris autour d’une problématique et une série d’objets de recherche ayant comme vocation de renseigner plus au fond la question des interactions entre acteurs multiples, leurs négociations et les résultantes ou fluctuations en matière de légitimation du savoir. La prise en compte du rôle des sciences ou expérimentations dans ce processus implique l’étude des publics, du rôle des amateurs, de leurs interactions les corps professionnels et savants, des traditions et ruptures pédagogico-didactiques des établissements et organisations de la recherche liées aux champs de force entre acteurs : autant de problématiques abordées dans la première ou la seconde phase du projet qui ressortissent de cette préoccupation. Comment se négocie la légitimité quand des acteurs aux statuts socialement différenciés participent à la construction d’un savoir ? Quels sont les systèmes ou dispositifs techniques convoqués dans cette construction, de quelle manière (simple prétexte, ou véritable cheville de l’organisation et de l’action) ?

Les cas d’étude qui seront présentés et discutés ont en commun de se pencher sur des systèmes techniques autour desquels s’articulent les différentes légitimités, qui fournissent l’occasion à la négociation de se formuler et de s’organiser.  L’approche par la technique, ici, n’est nullement placée sous le signe du déterminisme : il s’agit moins d’étudier ce que « la technique » ferait au « savoir » – posture qui nécessiterait une approche et des préoccupations relevant de sciences de la cognition ou de psychologie de l’apprentissage qui n’est pas la nôtre – que la manière dont elle accompagne ou contraint socialement (en tant que dispositif qui facilite, oriente, encadre) la construction du savoir. A partir de cette réflexion, le regard analytique sur les systèmes techniques évolue vers un regard en terme de dispositif, hérité notamment de Michel Foucault : en réfléchissant sur le rôle des techniques, on se distancie de fait d’une définition idéaliste toujours prégnante de la connaissance ; on peut faire ainsi émerger l’existence et le fonctionnement de ce que l’on pourrait nommer des « formations technodiscursives », des « régimes », au sens de la théorie des relations internationales, intégrant normes, discours, institutions, interactions et dynamiques diverses.

Les modalités de ce recours aux techniques restent à déterminer précisément, mais nous postulons cependant qu’il existe une corrélation entre le fait de recourir (par le discours ou par la pratique) aux techniques et technologies et la volonté de légitimer son savoir au sein de projets impliquant des acteurs de statuts différents. Est-ce que la maîtrise des techniques (intellectuelles, matérielles, médiatiques) est un ré-requis pour participer à la construction de savoirs légitimes ? Le cas des négociations à travers des dispositifs numériques, qui constitue un des angles importants de ce programme, présente des situations qui ne sont pas inédites au plan historique (que l’on pense à la négociation technique multi-acteurs pour produire un livre par exemple) mais prennent une ampleur importante sur le plan documentaire. En effet, faire entrer les négociations dans un processus technique de documentation qui en garde la trace, c’est postuler qu’elles produisent quelque chose de légitime – intéressant à documenter. Au-delà, ou en deçà, de la cohérence du savoir produit (une « œuvre » idéale de savoir ou un ensemble fragmentaire de connaissances), on s’attachera à retrouver et analyser les traces de ces négociations (dans des dispositifs numériques, entre autres), pour retrouver et comprendre la construction sociale de ce savoir.

En ce qui concerne la variété des statuts du savoir, la pluralité ne suffit pas à déterminer les contours de nos objets de recherche. On doit constater aussi le fait que certains acteurs parties-prenantes sont en position d’extériorité par rapport au savoir « légitime par définition », c’est-à-dire cautionné par les institutions autorisées et leur système normatif. Un acteur, un discours peut cependant être reconnu comme légitime au regard de contextes et règles alternatives, et selon des effets d’échelle et de champs, il peut être déclaré illégitime. C’est cette tension que nous souhaitons étudier (normatif/alternatif), en l’inscrivant dans le rapport qu’elle peut entretenir aux dispositifs techniques tant matériels qu’intellectuels.

La multiplicité des acteurs entrant dans les processus de négociations et de validation des connaissances légitimes, quant à elle, se décline en des groupes socio-professionnels et catégories qui ont pour nous une valeur heuristique, en ce qu’ils nous permettent de cartographier les espaces de négociation :

– les acteurs légitimes « par défaut », appartenant au champ scientifico-académique (les savants) qui construit sa propre légitimation et ses hiérarchies de manière « internaliste » ; il faut y ajouter les acteurs du champ décisionnel du politique (la légitimité étant ici au plus près de sa définition étymologique), qui valident les processus et milieux de la production du savoir légitime grâce à des programmes et des politiques publiques, des structures de management de la recherche et de l’innovation scientifique ;

– les acteurs professionnels : des ingénieurs aux enseignants en passant par différents domaines de l’expertise et de l’activité professionnelle, dont la validation repose sur une position « externaliste » : ils sont validés fondamentalement par leur utilité sociale et surtout leur efficacité réelle ou reconnue ;

– les acteurs « illégitimes » : des profanes au amateurs en passant par la variété ambivalente de tout ce qui touche aux publics, traditionnellement repoussés dans la sphère de la réception et non de la production des savoirs ;

– il faudra y ajouter des acteurs « techniques », dont l’agence (agency) reste complexe à définir et analyser malgré sa prise en charge dans la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour, mais qui est pertinente à poser dans le cadre des technologies numériques (programmes, logiciels, scripts… en interaction avec les comportements d’usagers).

C’est en étudiant dans des situations précises sur des enjeux de savoir, les interactions entre ces catégories (fondées sur des rapports de force, mais aussi de collaboration, de bricolage), ainsi que leur évolution diachronique et synchronique (la porosité nécessaire de leurs frontières) que nous les remettrons mieux en question. Les jeunes chercheurs présenteront des travaux en cours, selon des perspectives d’histoire, de sciences politiques, de sciences-technologie-société, d’information-communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *